About UNEP UNEP Offices News Centre Publications Events Awards Milestones UNEP Store
GEO-3: GLOBAL ENVIRONMENT OUTLOOK  
UNEP Website GEO Home Page

Les terres humides

Les terres humides fournissent nourriture et habitat à un tiers environ des espèces d'oiseaux qui vivent aux États- Unis et à plus de 200 espèces au Canada. On y trouve en outre quelque 5 000 espèces de végétaux et 190 espèces d'amphibiens aux États-Unis, et 50 espèces de mammifères et 45 espèces d'oiseaux aquatiques au Canada. Le tiers environ des espèces menacées ou en danger d'Amérique du Nord vit dans des zones humides (NRC, 2001).

Avant les années 70, des programmes de travaux publics encourageaient le drainage et le remblayage des terres humides pour l'extension de l'agriculture, de l'habitat ou des sites industriels (EPA, 1997). En conséquence, l'Amérique du Nord, si l'on ne tient pas compte de l'Alaska et des zones inhabitées du nord du Canada, a perdu plus de la moitié de ses habitats de zones humides (EC, 1999), l'expansion de l'agriculture étant la cause de 85 à 87 % de ces pertes (NRC, 2001). Depuis les années 80, le recul des zones humides s'est considérablement ralenti. L'évolution de la politique agricole, et en particulier les améliorations de l'hydrologie et les mesures concertées visant à protéger les zones humides qui servent d'habitat aux oiseaux aquatiques ont contribué à ce résultat (NAWMP, 1998). Les États-Unis ont perdu plus de 250 000 ha de zones humides entre 1986 et 1997, mais cela représentait 80 % de moins que durant la précédente décennie (FWS, 2000).

À l'échelon mondial, ces deux pays sont parties à la Convention de Ramsar sur les zones humides d'importance internationale. Il y a actuellement 53 zones humides d'importance internationale en Amérique du Nord, soit 36 au Canada et 17 aux États-Unis (Ramsar, 2000).

UNE RÉUSSITE : la protection des zones humides et des oiseaux aquatiques

La coopération entre les pouvoirs publics et les ONG pour restaurer et améliorer les zones humides d'Amérique du Nord est une grande réussite. Ducks Unlimited, organisation privée qui avait été créée à l'origine pour préserver l'habitat des oiseaux aquatiques chassés, a lancé dans les années 90 un programme de coopération entre ses succursales du Canada, du Mexique et des États-Unis, qui a permis d'améliorer plus de 3,8 millions d'hectares de zones humides (Ducks Unlimited, 2000).

En 1986, le Canada et les États-Unis ont cosigné un Plan de gestion des oiseaux aquatiques en Amérique du Nord (NAWMP), auquel le Mexique s'est associé en 1994. Il s'agit d'un partenariat réunissant les pouvoirs publics, des ONG et des entreprises privées, ainsi que des propriétaires fonciers, pour améliorer les zones humides. Sur la période 1988-1993, ce plan a permis de protéger plus de 850 000 hectares de zones humides et d'habitats connexes au seul Canada (NRC, 2001).

Aujourd'hui, plus de 70 % des zones humides du Canada sont visées par les politiques fédérales et provinciales de gestion des zones humides, et aux États- Unis une quinzaine d'États ont une réglementation visant les zones humides à l'intérieur des terres (NRC, 2001 ; Schmid, 2000). Aux États-Unis, les subventions fédérales pour la transformation des zones humides en terres agricoles ont été supprimées en 1985 et les autorités ont adopté en 1993 un Plan zones humides afin d'améliorer l'équité, la souplesse et l'efficacité de la réglementation des zones humides (EPA, 1999 ; Schmid, 2000). Si par le passé l'autorité du Gouvernement des États-Unis sur les terres humides était souvent fragmentée et incohérente, les projets de restauration des Everglades en Floride témoignent du succès de l'effort associé des différents échelons des pouvoirs publics, des entreprises et des ONG de protection de l'environnement (Schmid, 2000).

À l'heure actuelle, le Gouvernement canadien ne suit pas l'état des terres humides du pays, mais le Canada a été le premier pays du monde à adopter une politique nationale de conservation des terres humides. Les écosystèmes de terres humides représentent environ 17 % des parcs nationaux du pays et 10 % d'entre eux environ sont protégés contre tout aménagement (Rubec et Thibeault, 1998).

Le ralentissement de la disparition des zones humides est un progrès remarquable, mais on continue d'aménager des zones humides. L'avenir de l'habitat des zones humides et de la diversité biologique qu'il abrite pourrait être menacé par la croissance démographique, l'expansion de la production agricole, l'expansion économique, la modification de la situation hydrologique et les flux de personnes (Wilcove et autres, 1998).