About UNEP UNEP Offices News Centre Publications Events Awards Milestones UNEP Store
GEO-3: GLOBAL ENVIRONMENT OUTLOOK  
UNEP Website GEO Home Page

La pêche au saumon dans le Pacifique du Nord-Ouest

Évolution de la valeur des prises de saumon de la côte du Nord-Ouest (millions de dollars/an)

La valeur totale de la prise de saumons en Amérique du Nord a brusquement chuté depuis 1988, en raison de la diminution des stocks et des tentatives de les protéger

Source : DFO, 2000b; NMFS, 2000

Le Pacifique du Nord-Ouest comporte d'importantes ressources halieutiques, dont le saumon est la première. Historiquement abondantes dans de nombreuses eaux côtières et intérieures de la région, les montaisons de saumon et la diversité des espèces ont diminué depuis la fin du XIXe siècle en raison de la construction de barrages, en particulier aux États-Unis, de glissements de terrains, d'une mauvaise gestion et d'une surexploitation (DFO, 1999a). À la fin des années 80, les deux pays avaient imposé de sévères restrictions à la capture de certaines espèces de saumon, mais, en dépit de ces mesures et de plusieurs autres, au début des années 90, les prises de saumon et la valeur du poisson pêché avaient nettement baissé ; en 1999, 24 sousespèces de saumon de la côte ouest figuraient sur les listes établies en vertu de la Loi des États-Unis sur les espèces menacées, et le Canada avait interdit ou fortement réduit la pêche de certaines espèces de saumon sur plusieurs de ses grands fleuves (Carlisle, 1999 ; TU et TUC, 1999).

La question est encore compliquée par la présence de deux frontières internationales, qui séparent les eaux de la Colombie britannique de celles de l'Alaska d'une part et de celles du nord-ouest des États-Unis d'autre part (DFO, 1999a ; TU et TUC, 1999). Durant son cycle de vie, le saumon provenant des États-Unis traverse des eaux canadiennes, d'où toute une tradition de pratiques de pêche consistant à intercepter ce déplacement des poissons, qui a encouragé des modalités de pêche non viables à terme (DFO, 1999a). Le Traité de 1985 relatif au saumon du Pacifique tentait de résoudre le problème mais, en raison de désaccords, il a cessé de fonctionner en 1992. Un amendement apporté au Traité en 1999, fondé sur l'idée de préserver des stocks de poissons sauvages, de partager les coûts et les avantages et d'adopter une base commune pour le dénombrement des stocks, la surveillance des espèces et l'évaluation des résultats, est plus prometteur (DFO,. 1999b ; NOAA, 1999).

Les effets conjugués de la pêche, du changement climatique (voir encadré ci-dessous) et de l'évolution des habitats ont amené à examiner à plusieurs reprises la situation, à renouveler les accords de pêche et à adopter de nouvelles conceptions de la gestion. Par exemple, en 1998, le Canada a lancé son programme d'ajustement et de reconstitution des pêcheries du Pacifique afin de préserver et de reconstituer les stocks de saumon du Pacifique et de revitaliser la pêche au saumon dans le Pacifique. Le Canada a également mis en ouvre une démarche de précaution dans la gestion du saumon, ce qui a entraîné, pour protéger les stocks en péril, une notable réduction des prises (DFO, 1999c). En décembre 2000, les États-Unis ont rendu publique une stratégie fédérale à long terme, systématique, pour aider à reconstituer les populations de 14 sous-espèces de saumon figurant sur les listes établies en vertu de la Loi sur les espèces menacées, dans le bassin de la Columbia.

Étant donné que ceux dont les moyens d'existence dépendent de la pêche du saumon luttent pour leur survie (voir graphique), les deux pays prennent actuellement de nouvelles mesures pour aider à reconstituer les populations de saumons et d'autres espèces sauvages dans les eaux côtières et marines de la région, et de façon à améliorer et préserver la diversité biologique mondiale. Des restrictions récemment imposées ont en fait amélioré les chances de survie dans l'océan de certains stocks importants, mais il n'est pas certain que toutes les espèces de saumon du Pacifique voient leur population augmenter à nouveau (DFO, 2000a, 2001).

Les impacts du changement climatique sur le saumon du Pacifique et sur d'autres stocks de poissons sauvages
Le Canada et les États-Unis sont soucieux d'écarter les effets potentiels du changement climatique sur les populations de saumon et sur celles d'autres espèces sauvages dans les eaux côtières océaniques de l'Amérique du Nord. Les chercheurs d'instituts publics canadiens, qui ont modélisé les changements à attendre d'un doublement de CO2 dans l'atmosphère, indiquent que le changement du climat qui en résulterait risque d'éliminer presque totalement l'habitat du saumon dans l'océan Pacifique (NRC, 1998). Une étude d'Environnement Canada, faite en 1994, sur l'impact du changement climatique sur les saumons du fleuve Fraser a signalé que la modification du débit, de la température de l'eau, de l'hydrologie du fleuve et du ruissellement saisonnier augmenteront la concurrence entre les différents utilisateurs de l'eau du bassin versant (Glavin, 1996). Un rapport récemment publié aux États-Unis sur l'impact du changement climatique note qu'un rétrécissement projeté de l'intervalle de variation annuelle de la température de l'eau dans de nombreux estuaires risque de modifier les zones de parcours de certaines espèces et d'accroître la vulnérabilité de certains estuaires aux espèces introduites de l'extérieur (US GCRP, 2000).