About UNEP UNEP Offices News Centre Publications Events Awards Milestones UNEP Store
GEO-3: GLOBAL ENVIRONMENT OUTLOOK  
UNEP Website GEO Home Page

Charge en éléments nutritifs

Les apports d'éléments nutritifs dans les écosystèmes marins et côtiers ont spectaculairement augmenté au cours des 30 dernières années en raison des fortes augmentations de la densité de la population, de l'utilisation des combustibles fossiles, du rejet d'eaux usées, de l'élevage et de l'application d'engrais (EC, 2000). Ces activités rejettent de l'azote et du phosphore qui peuvent favoriser la croissance des plantes dans les systèmes aquatiques et entraîner un appauvrissement en oxygène, avec des effets multiples sur l'écosystème, notamment la destruction des habitats de poissons, la pollution côtière et une prolifération néfaste d'algues (EC, 1999, 2000).

Dans de nombreuses parties de l'Amérique du Nord, les éléments nutritifs provenant de sources diffuses sont le résultat de l'application d'engrais et de l'écoulement des lisiers. Au cours des 30 dernières années, l'application d'engrais a augmenté de près de 30 %, alors que la tendance à l'élevage intensif a abouti au rejet de vastes quantités de lisier dans les eaux de surface et les eaux côtières (Mathews et Hammond, 1999). Les apports atmosphériques d'azote provenant des lisiers, ainsi que des véhicules automobiles et des centrales thermiques, sont également importants (NOAA, 1998a).

Depuis le début des années 70, la législation antipollution a considérablement réduit le nombre de sources ponctuelles d'azote et de phosphore, principalement par un contrôle des rejets d'eaux usées municipales et de déchets industriels, ainsi que des phosphates présents dans les produits détergents (NOAA, 1998a ; EC, 2000). Cependant, l'essentiel des eaux usées municipales déversées dans les eaux côtières du Canada ne sont toujours pas traitées, ou ne le sont que partiellement (EC, 2000). Les estuaires des fleuves du Canada qui se jettent dans l'Atlantique sont moins gravement touchés par les apports d'éléments nutritifs que ceux des fleuves coulant plus au Sud, en raison d'un climat plus froid et d'un lessivage important des eaux côtières (NOAA, 1998b). Le long de la côte de l'Atlantique Nord, les sources diffuses d'azote sont neuf fois plus importantes que les apports d'azote dus aux installations de traitement des eaux usées (EC, 2000).

En 1998, plus de 60 % des embouchures des fleuves et des baies aux États-Unis étaient modérément ou gravement dégradés par la contamination causée par les éléments nutritifs, et l'azote représentait la menace environnementale la plus importante dans certains « points noirs » de la côte Atlantique (NOAA, 1998b ; Howarth et autres, 2000). Le Clean Water Act et le Coastal Zone Management Act de 1972, deux lois américaines, faisaient obligation aux États de rédiger des plans de gestion pour éliminer les sources de pollution diffuses et pour organiser un financement et des incitations par l'application des mesures prévues (RNC,2000). Le programme national de protection des estuaires lancé par les États-Unis en 1987 vise à réduire au minimum la pollution par les apports d'éléments nutritifs à l'échelle régionale (voir encadré).

Chesapeake Bay
Le programme lancé en 1987 pour la protection de la baie Chesapeake a été créé dans le cadre du programme national de protection des estuaires. C'est un partenariat réunissant des autorités fédérales, des autorités d'État et locales, afin de réduire de 40 % la charge en azote et en phosphore dans la baie. Plus de 15 millions de personnes habitent dans la région, et la Baie permet d'importantes captures de poissons et de coquillages ; c'est en outre une importante étape pour les oiseaux migrateurs. À la fin des années 90, seul l'objectif de réduction de la pollution par le phosphore avait été atteint. Les progrès réalisés dans la réduction des éléments nutritifs sont retardés par la croissance de la population et par le développement de la région.

L'enrichissement par les éléments nutritifs est probablement un facteur qui contribue à l'augmentation spectaculaire récente de l'intensité, de la fréquence et de l'étendue spatiale des proliférations d'algues, ou marées rouges, qui entraînent d'importantes pertes économiques et ont des effets sur la santé publique. Le nombre d'emplacements, sur les côtes et dans les estuaires, où l'on a relevé des cas importants et récurrents de prolifération d'algues a doublé, aux États-Unis, entre 1972 et 1995 (Sénat américain, 1997).

L'effet des proliférations d'algues peut provoquer des maladies et même des décès après l'absorption de poissons ou de coquillages contaminés, une importante mortalité parmi les poissons sauvages et les poissons d'élevage, ainsi que des modifications importantes de la chaîne alimentaire marine. En réponse aux maladies causées par l'absorption de coquillages contaminés, le Canada et les États-Unis ont mis au point des programmes de tests et de contrôle de la qualité de l'eau pour recenser les toxines présentes dans le phytoplancton et pour fournir des informations au public.

Les lois relatives à l'océan, dans les deux pays (1997 au Canada et 2000 aux États-Unis) spécifient le cadre juridique de l'amélioration de la gestion des eaux côtières et océaniques en Amérique du Nord (EC, 1999). Depuis 1996, la Commission nord-américaine de coopération environnementale a facilité l'application régionale du Programme d'action mondial pour la protection du milieu marin contre la pollution due à des activités terrestres en Amérique du Nord (CEC, 2000B).

À ce stade, il n'y a pas encore de stratégie régionale de lutte contre les apports d'éléments nutritifs dans les eaux côtières de l'Amérique du Nord, et la coordination entre les divers organismes responsables de la gestion de ces eaux demeure inadéquate (NRC, 2000). Tout indique que la situation peut néanmoins être inversée, mais il demeure nécessaire de prendre des mesures de caractère politique, et d'apporter des modifications aux activités menées dans les bassins versants et dans l'atmosphère, qui entraînent une pollution des fleuves côtiers.