About UNEP UNEP Offices News Centre Publications Events Awards Milestones UNEP Store
GEO-3: GLOBAL ENVIRONMENT OUTLOOK  
UNEP Website GEO Home Page

La pêche et les ressources marines

Prises annuelles de poissons par habitant (kg) : Asie occidentale

En Asie occidentale, les prises de poissons par habitant diminuent lentement depuis 30 ans, la pêche ne suivant pas l'accroissement de la population.

Note : Ces chiffres comprennent les poissons de mer et déau douce, mais non les mollusques, les crustacés et les produits de l'aquaculture.

Source: compilé de Fishstat 2001

Les zones de pêche de l'Asie occidentale sont diverses et continuent à fournir à la fois des protéines et des recettes. Cependant, les prises de poissons par habitant ont diminué lentement, en raison de conditions climatiques et écologiques peu propices et en raison de pratiques de pêche non viables à terme (voir graphique). Les signes les plus visibles de dégradation sont la surexploitation et la perte des zones de production de crevettes. En outre, des hécatombes de poissons sont souvent constatées sur les côtes du Golfe et de la mer d'Oman (ROPME, 2000). La réglementation de la pêche est inexistante ou mal appliquée, en particulier dans le Machrek, et la coopération régionale pour l'amélioration de la gestion de la pêche est encore peu avancée. Cependant, plusieurs mesures, notamment l'introduction de licences, de limitations quant au matériel utilisé et aux zones exploitées, mais aussi quant à la durée de la campagne de pêche et l'interdiction de certaines zones, ont récemment été appliquées dans les pays du CCG.

Plusieurs pays ont pris des mesures pour compléter les protéines du poisson par l'aquaculture ou par l'importation. Comme l'aquaculture devrait progresser dans les deux sous-régions, il faudra prendre des mesures pour prévenir l'introduction accidentelle d'espèces allogènes dans les populations sauvages, ce qui aurait des répercussions sur les écosystèmes côtiers et marins.