About UNEP UNEP Offices News Centre Publications Events Awards Milestones UNEP Store
GEO-3: GLOBAL ENVIRONMENT OUTLOOK  
UNEP Website GEO Home Page

L’urbanisation

L'urbanisation est causée à la fois par la croissance démographique de la population urbaine et par l'exode rural. Au cours du dernier demi-siècle, il y a eu un exode rural massif et l'urbanisation (c'est-à-dire la concentration des populations et des activités dans des zones considérées comme urbaines) devrait se poursuivre durant une bonne partie du XXIe siècle. Les principaux facteurs de cette urbanisation sont les possibilités et les services qu'offrent les zones urbaines, en particulier dans les secteurs de l'emploi et de l'éducation et, dans certaines parties du monde, notamment en Afrique, les conflits, la dégradation des terres et l'épuisement des ressources naturelles (PNUE, 2000).

Les villes jouent un rôle majeur non seulement en tant que fournisseurs d'emplois, de logements et de services, mais aussi en tant que centres de culture, d'apprentissage et de progrès technique, portails ouvrant sur le reste du monde, centres industriels pour la transformation des produits agricoles et l'industrie manufacturière et concentrations d'activités rémunératrices. Il y a une forte corrélation entre le niveau de développement humain et le niveau d'urbanisation d'un pays (CNUEH, 2001b). Toutefois, l'expansion rapide des villes se traduit aussi par une aggravation du chômage, une dégradation de l'environnement, l'insuffisance des services urbains, la surcharge des infrastructures et les difficultés d'accès à la terre, aux ressources financières et à des logements convenables (CNUEH, 2001b). C'est pourquoi la gestion durable de l'environnement urbain sera un des grands défis de l'avenir.

Il y a une forte corrélation entre le niveau d'urbanisation et le revenu national - les pays les plus avancés sont déjà pour l'essentiel urbanisés - et dans presque tous les pays, la production des zones urbaines représente la majeure partie du produit national brut (PNB). Par exemple, la production de Bangkok représente 40 % celle de l'ensemble de la Thaïlande, alors que seuls 12 % de la population vivent dans cette ville (CNUEH, 2001b). À l'échelle mondiale, les villes produisent en moyenne 60 % du PNB.

L'accroissement rapide de la population urbaine mondiale, avec le ralentissement de la croissance de la population rurale, a entraîné une redistribution majeure de la population au cours des 30 dernières années. En 2007, la moitié de la population mondiale vivra dans des zones urbaines, alors que la proportion ne dépassait guère le tiers en 1972 ; en 2050, 65 % de la population habiteront les villes, alors qu'en 1950 65 % de la population mondiale vivaient dans les campagnes (Nations Unies, 2001a). En 2002, quelque 70 % de la population urbaine du monde vivront en Afrique, en Asie ou en Amérique latine (CNUEH, 2001a).

L'évolution la plus frappante à l'heure actuelle est celle du niveau de l'urbanisation dans les pays en développement : la proportion de la population urbaine est passée d'environ 27 % en 1975 à 40 % en 2000, ce qui représente une augmentation de plus de 1 200 millions de personnes (Nations Unies, 2001b). En outre, il y a tout lieu de penser que cette évolution se poursuivra au cours des 30 prochaines années, ce qui ajoutera 2 milliards d'habitants à la population urbaine des pays aujourd'hui en développement. Ces moyennes mondiales cachent des différences complexes entre les régions en matière de croissance et d'évolution des villes. Le pourcentage annuel d'augmentation de la population urbaine aura tendance à diminuer dans toutes les régions sauf en Amérique du Nord - voir figure ci-dessous (Nations Unies, 2001b).

Distribution de la population mondiale (%) selon la taille de l'agglomération, 1975 et 2000
  Zones rurales < 1 million 1-5 millions > 5 millions
  1975 2000 1975 2000 1975 2000 1975 2000
Ensemble du monde 62,1 53,0 25,1 28,5 8,0 11,6 4,8 6,9
Régions développées 30,0 24,0 46,8 48,1 13,9 18,5 9,3 9,5
Régions en développement 73,2 60,1 17,6 23,7 6,0 10,0 3,2 6,3
Source : D’après la Division de la population du Secrétariat de l’ONU, 2001a.

Durant la deuxième moitié du XXe siècle, le nombre et la taille des mégalopoles (villes de plus de 10 millions d'habitants) et des autres grandes agglomérations ont considérablement augmenté, et la répartition géographique de ces grandes villes a changé : en 1900, neuf des dix plus grandes villes du monde se trouvaient en Amérique du Nord et en Europe, alors qu'aujourd'hui seules trois des plus grandes villes du monde (Los Angeles, New York et Tokyo) sont situées dans des pays développés. Cependant, la majeure partie de la population urbaine vit encore dans des villes de taille moyenne ou petite (voir tableau), qui, dans la plupart des pays, croissent aujourd'hui plus vite que les agglomérations les plus grandes (Nations Unies, 2001b).

Population urbaine (% du total régional) par région

Près de la moitié de la population mondiale vit aujourd'hui dans les zones urbaines. L'Afrique et la région Asie et Pacifique sont les régions les moins urbanisées du monde, tandis que l'Amérique du Nord, l'Europe et l'Amérique latine sont les régions les plus urbanisées.

Source : D'après la Division de la population du Secrétariat de l'ONU, 2001b.

Accroissement annuel de la population urbaine (%)

L'urbanisation se poursuit dans toutes les régions, mais son rythme diminue dans la plupart d'entre elles, sauf en Afrique où il reste à peu près stable et en Amérique du Nord où il a tendance à augmenter.

Source : D'après la Division de la population du Secrétariat de l'ONU, 2001b.