About UNEP UNEP Offices News Centre Publications Events Awards Milestones UNEP Store
GEO-3: GLOBAL ENVIRONMENT OUTLOOK  
UNEP Website GEO Home Page

Les catastrophes : régions polaires

Catastrophes naturelles

Les dangers naturels, allant de pair avec un changement climatique extrême (basses températures, étés courts, épais manteau de neige et de glace en hiver), et des écosystèmes et une infrastructure vulnérables peuvent facilement déboucher sur des catastrophes dans l'Arctique. Par exemple, de 1996 à 2001, il y a eu deux crues catastrophiques de la Lena qui ont battu tous les records enregistrés précédemment. Pendant l'hiver 2001, on a enregistré des températures extrêmement basses, des fleuves ont gelé, ce qui a retardé de beaucoup le dégel, et des blocs de glace ont obstrué le flux naturel. De plus, les chutes de neige ont été particulièrement abondantes. Dans la partie centrale de la Lena, le niveau de l'eau a dépassé de 9 mètres ou davantage la moyenne normale. Les pertes économiques et écologiques ont été étendues (Kriner, 2001a, b). Le changement climatique devant probablement entraîner une augmentation des précipitations dans les bassins hydrographiques des fleuves arctiques (GIEC, 2001a), on pourrait s'attendre à une augmentation correspondante de la fréquence et de l'ampleur des inondations.

La hausse des températures observée ces dernières années sur les terres émergées de l'Arctique entraîne le dégel du permafrost dans de nombreux endroits. Dans les zones développées de l'Arctique, il va falloir s'atteler à la tâche consistant à réduire l'impact du dégel sur les bâtiments et l'infrastructure des transports (GIEC, 2001b). Le permafrost recouvre 58 % du sol de la Fédération de Russie. D'ici à 2100, cette zone pourrait se déplacer de 300 à 400 kilomètres vers le nord (Commission interinstitutions, 1998).

Une autre catastrophe naturelle qui touche l'écosystème arctique est l'invasion des ravageurs de cultures, qui risquent de dévaster les forêts et d'entraver les activités économiques connexes. Ce phénomène est un des grands problèmes que connaît la zone faite de forêts et de toundra. La scolyte de l'épicéa (Dendroctonus rufipennis) a causé des dommages étendus et répandu la mort dans les forêts d'épicéas de l'Alaska. En Scandinavie, les mites d'automne (Epirrita autumnata) provoquent environ tous les 10 ans une défoliation massive des forêts de bouleaux, lesquelles mettent des siècles à se régénérer, compte tenu de la lenteur avec laquelle la végétation repousse dans l'Arctique (CAFF, 2001).