About UNEP UNEP Offices News Centre Publications Events Awards Milestones UNEP Store
GEO-3: GLOBAL ENVIRONMENT OUTLOOK  
UNEP Website GEO Home Page

Alerte rapide

Une des réponses les plus efficaces aux transformations de l'environnement consiste à renforcer les mécanismes d'alerte rapide. Si l'on est averti à temps, on peut prendre de nombreuses mesures pour protéger les vies et les biens. Certaines catastrophes sont imprévisibles, mais beaucoup de celles qui sont dues à la dégradation ou à la mauvaise gestion de l'environnement, ainsi qu'à l'activité de l'homme, peuvent aujourd'hui être prévues avec une certaine précision. Les progrès techniques de l'observation et de l'évaluation de l'environnement et des communications entraînent une amélioration constante des capacités d'alerte. Ainsi, l'Inde et Maurice ont mis en place des systèmes d'alerte aux cyclones.

De l'intérêt de la prévision : El Niño
La prévision du phénomène El Niño peut aider les pays à élaborer des plans stratégiques pour garantir la sécurité dans des domaines comme l'agriculture, la pêche, la gestion des ressources hydriques, la lutte contre les inondations et la distribution d'électricité, ce qui réduit la vulnérabilité de la population et du pays. Le réseau TAO (Tropical Atmospheric-Ocean) de bouées d'observation océanique, qui mesure la température de l'eau de mer en surface, permet de prévoir le phénomène El Niño six à neuf mois à l'avance. Plusieurs institutions péruviennes, notamment l'Instituto Geofísico, collaborent pour améliorer la prévision au moyen de modèles statistiques. Ces prévisions de chutes de pluie et de réchauffement ou de refroidissement aident les agriculteurs à mieux planifier l'utilisation des réserves d'eau d'irrigation et les pêcheurs à mieux se préparer aux variations des stocks de poissons. Le Pérou diffuse tous les ans en novembre une prévision pour la prochaine saison des pluies, et ensuite les représentants des agriculteurs et des fonctionnaires se réunissent pour déterminer la combinaison optimale de culture. Si l'on prévoit l'apparition du phénomène El Niño et le temps qui y correspond, on recommandera de cultiver des plantes qui prospèrent dans un climat humide, comme le riz, et d'éviter les plantes de climat sec. L'Australie, le Brésil, l'Éthiopie et l'Inde notamment ont pris des initiatives similaires.
Source : NOAA/PMEL/TAO, 1998 ; COI, 1998 ; CNA Pérou, 2001

Par convention, on entend par alerte rapide une information urgente d'un danger imminent (Secrétariat de l'ISDR, 2001). Il faut des systèmes d'alerte aussi bien pour les catastrophes subites telles que les tempêtes tropicales et les inondations, que pour la diffusion de renseignements au sujet de catastrophes qui peuvent être progressives, comme la famine et la sécheresse.

L'expression « alerte rapide » est souvent confondue avec une prédiction, alors qu'en fait de nombreux événements et catastrophes menaçants sont imprévisibles. L'alerte rapide signifie simplement qu'un événement est imminent et que c'est tout de suite qu'il faut prendre des mesures pour fuir ou se prémunir. Les renseignements nécessaires pour l'alerte rapide peuvent être obtenus dans le cadre d'un processus plus général d'évaluation de la vulnérabilité, englobant la production et la communication de prévisions et l'intégration de ces informations dans les décisions des personnes concernées.

Pour être efficace, un système d'alerte rapide doit être capable de susciter une réponse avant l'événement. Il doit définir qui sont les personnes concernées et déterminer les moyens les plus efficaces de leur faire parvenir une information crédible afin de les aider à prendre les bonnes décisions. Il doit ensuite traduire les données pertinentes en indicateurs d'alerte rapide faciles à interpréter et à employer pour les responsables.

En définitive, le facteur le plus important qui incitera les gouvernements à tenir compte des systèmes et informations d'alerte rapide dans leurs décisions est la volonté politique d'investir dans de tels systèmes, tant à l'échelle nationale que sur le plan international (Buchanan-Smith, 2001). Le système d'alerte rapide aux risques de famine mis en place pour l'Afrique est un exemple de système d'alerte rapide opérationnel qui a permis d'obtenir de tels résultats (voir encadré).

Le Réseau du système d'alerte rapide aux risques de famine (FEWS NET)

Prévision des pluies à dix jours fournie par le réseau FEWS (période 1er-10 mars 2002)

Source : NOAA 2002.

Le Réseau FEWS NET est un partenariat financé par l'USAID qui vise à accroître la sécurité alimentaire dans 17 pays d'Afrique exposés à la sécheresse, au moyen de systèmes de planification de l'intervention et de la sécurité alimentaire, pilotés par les pays d'Afrique, qui réduisent la vulnérabilité des populations exposées. FEWS NET, qui doit fonctionner jusqu'en 2005, succède à FEWS, qui a été lancé en 1985. Son objectif est de renforcer les capacités des pays et organisations régionales d'Afrique de limiter les menaces visant la sécurité alimentaire au moyen d'une alerte rapide et de renseignements sur la vulnérabilité. Ses réalisations sont notamment les suivantes :

  • étroite collaboration avec les organisations régionales et les gouvernements de la région pour élaborer des plans d'urgence et de réponse au phénomène El Niño en 1997;
  • cofinancement de prévisions régionales des pluies saisonnières et diffusion généralisée de ces prévisions ;
  • progrès de l'interprétation des images satellites réalisée par les partenaires de FEWS NET ;
  • prévisions de la qualité des récoltes dans le Sahel ;
  • renforcement des capacités par détachement de météorologues FEWS NET/USGS auprès de centres spécialisés à Nairobi (Kenya), Harare Zimbabwe) et Niamey (Niger) ;
  • alerte rapide lors d'une crise alimentaire imminente en Éthiopie en 2000 ;
  • collaboration étroite avec les réseaux nationaux et les institutions régionales pour élaborer des méthodes communes d'évaluation de la vulnérabilité ;
  • combinaison d'interventions et de programmes à court et à long terme mettant l'accent sur la protection des moyens d'existence ;
  • étude des liens entre stress environnemental, insécurité alimentaire et conflits ;
  • collaboration avec les gouvernements et leurs partenaires pour réduire le délai entre l'alerte rapide et l'intervention.

Source : FEWS 2002