About UNEP UNEP Offices News Centre Publications Events Awards Milestones UNEP Store
GEO-3: GLOBAL ENVIRONMENT OUTLOOK  
UNEP Website GEO Home Page

Une évolution considérable des mentalités

Ces processus mettent en ouvre un mouvement de longue durée. Ce mouvement prend, pour s'accomplir, de nombreuses années et ne va pas sans la pression constante des nombreux secteurs de la société décidés à agir. Un ensemble de changements profonds, qui commençait seulement à se faire jour aux premières années du siècle, a progressivement lieu, le plus souvent de façon tranquille, parfois beaucoup moins. Partout de plus en plus de gens commencent à adopter l'idée d'un « nouveau paradigme de la durabilité » qui promet de transcender les valeurs et les modes de vie conventionnels. Ce nouveau paradigme allie une dimension personnelle et philosophique puissante à l'inquiétude qu'inspirent la croissance économique, le potentiel technologique et les éventualités politiques.

« Certaines initiatives sont fortement coordonnées et rassemblent un grand nombre de personnes. D'autres sont poursuivies par des petits groupes ...certaines sont formelles ...beaucoup reposent sur une démarche volontaire. »

Parmi les personnes et les groupes riches, le désenchantement suscité par le consumérisme déclenche la quête de modes de vie plus enrichissants et plus éthiques qui puissent redonner un sens à leur existence. Les valeurs de frugalité, de coopération et de communauté commencent à remplacer le consumérisme, la compétition et l'individualisme. On consacre plus de temps à l'étude, aux beaux-arts, aux loisirs et à la communication avec la collectivité au sens large.

Le succès des commissions Vérité et Réconciliation en Afrique du Sud, au Timor oriental et dans d'autres pays encourage des exercices similaires ailleurs, notamment dans des contextes moins strictement politiques, par exemple s'agissant de l'industrie du tabac et des produits chimiques. Les résultats positifs du processus de rétablissement de la paix en Irlande du Nord et en Bosnie encouragent des efforts semblables dans d'autres régions. Les dialogues entre les grandes religions, directement stimulés par les activités terroristes menées contre les États-Unis et la riposte subséquente aident également à poser les bases d'une meilleure compréhension et d'une plus grande coopération.

Dans certaines régions, l'opinion publique se partage entre une lassitude des batailles à mener constamment et un dégoût à l'égard des dirigeants présents. Des catastrophes environnementales à petite échelle mais localement importantes ont également un effet sur cette humeur de la société. Ces facteurs s'allient pour amener de plus en plus de gens à explorer ou remettre en question leurs convictions profondes.

Citoyens et consommateurs, quand c'est possible avec leur bulletin de vote et leur portefeuille, ou, autrement, en votant avec leurs pieds ou en s'exprimant de vive voix, montrent bien clairement que seules les entreprises et les gouvernements épris de progrès seront récompensés, les autres étant rejetés dans l'oubli. Une masse critique finit par être atteinte, et des activités qui jusqu'à présent paraissaient isolées et de peu de conséquence commencent à se propager et à affecter des régions plus vastes.

Dans les régions en développement et parmi les peuples autochtones, partout, une nouvelle génération de penseurs, de dirigeants et de militants se lève et va rejoindre le dialogue mondial, et même l'influencer. De nombreuses régions puisent dans leur double héritage de sociétés traditionnelles attentives à la nature et de réflexion visionnaire pour chercher des modèles de développement plus adaptés. La renaissance culturelle évolue dans beaucoup de régions, s'enracinant dans le respect de la tradition et dans une appréciation des ressources humaines et naturelles locales. Les jeunes de toutes les régions et de toutes les cultures jouent un rôle décisif dans la propagation de ces valeurs. Les possibilités nouvelles de se rencontrer, d'apprendre les uns auprès des autres, dans leur génération, de façon virtuelle ou par des contacts personnels, alimentent chez eux la redécouverte de l'idéalisme au moment où ils se réunissent pour favoriser l'avènement d'une communauté authentiquement mondiale.

Ce qui est nouveau dans le débat actuel réside dans la volonté des gens de réfléchir aux aspects positifs et négatifs de leurs propres décisions et de leur propre tradition, ainsi que de ceux d'autres cultures. Ces débats sont souvent lancés dans le monde en développement, et touchent un cercle toujours plus large d'acteurs.

L'idée que la croyance courante dans les vertus du marché est à la fois insuffisante et indésirable acquiert de plus en plus d'appui. Cette évolution est notable surtout en Amérique du Nord et en Europe occidentale, ainsi que parmi les groupes les plus privilégiés d'autres régions, qui apparaissent comme les responsables et les bénéficiaires principaux de ce modèle de développement. En même temps, il est de plus en plus reconnu que l'ouverture et la participation grandissante à la vie politique ont joué un rôle décisif dans les progrès qui ont permis d'améliorer les conditions de vie de beaucoup, dans de nombreuses régions du monde.

Ce changement de mentalité suscite des débats plus mesurés au sujet de ce qui semble être la diffusion inexorable de la mondialisation sous toutes ses formes. L'idée se propage de plus en plus que, même si cela était possible, il ne serait pas souhaitable d'enrayer complètement cette tendance. Dans le monde entier, depuis l'Amérique latine jusqu'à l'Afrique et l'Asie occidentale, le réexamen de l'histoire amène à adopter de nouvelles démarches face aux changements qui se produisent dans ces régions ou ailleurs. Inévitablement, cette réévaluation est influencée, en partie, par le retour éphémère ou permanent de nombreux anciens émigrés qui ont acquis une certaine expérience et une certaine compréhension de la façon dont les différentes cultures peuvent s'enrichir mutuellement sans perdre leur propre identité.