About UNEP UNEP Offices News Centre Publications Events Awards Milestones UNEP Store
GEO-3: GLOBAL ENVIRONMENT OUTLOOK  
UNEP Website GEO Home Page

Les conséquences pour l'environnement mondial

Les tendances climatiques

Émissions de dioxyde de carbone provenant de toutes les sources (milliards de tonnes/an)

Les émissions de CO2 proviennent avant tout de la combustion des combustibles fossiles. Dans les quatre scénarios, on considère que la stabilisation de l'utilisation de l'énergie primaire n'interviendra qu'à la fin du XXIe siècle.

Source : IMAGE 2.2 (voir annexe technique).

Légende des
graphiques

Le changement climatique est une des questions les plus pressantes et complexes concernant l'environnement mondial à être apparue au cours des 30 dernières années. L'absence de politiques efficaces de réduction des émissions de dioxyde de carbone (CO2) et autres gaz à effet de serre dans les scénarios Marchés d'abord et Sécurité d'abord, tout comme la lenteur du transfert de technologie opéré dans le cadre de ce dernier scénario entraîneront une augmentation importante des émissions de CO2 au cours des 30 prochaines années (voir graphique à droite). Dans le scénario Sécurité d'abord, les difficultés économiques ont pour conséquence de réduire la consommation d'énergie par habitant et de ralentir la croissance des émissions observée à la fin de cette période. Dans le scénario Politiques d'abord, des actions politiques, notamment des taxes sur le carbone et des investissements dans des sources d'énergie sans combustible fossile, réduisent effectivement les émissions au niveau mondial. Cette réduction s'amorcerait effectivement vers 2030. Dans le scénario Durabilité d'abord, de profonds changements de comportement et une efficacité sensiblement accrue en matière de production et de conversion permettent de stabiliser très rapidement les émissions, puis de les réduire vers le milieu des années 2020.

En raison du décalage observé dans le système climatique, l'effet de ces modifications des modèles d'émission ne se fera sentir que plus tard sur les concentrations atmosphériques de CO2 et encore davantage sur les changements climatiques eux-mêmes. Même d'ici à 2050, soit 20 à 25 ans après que les émissions ont commencé de diminuer dans les scénarios Politiques d'abord et Durabilité d'abord, les concentrations atmosphériques commencent seulement à se tasser dans le scénario Durabilité d'abord et n'ont pas encore commencé à le faire dans le scénario Politiques d'abord (voir graphique). Dans les scénarios Marchés d'abord et Sécurité d'abord, la courbe du CO2 continue de monter rapidement, traduisant ainsi l'apathie politique et l'absence de modification des comportements dans ces deux scénarios.

Le rythme auquel le climat change épouse le rythme de changement de la température moyenne dans le monde (voir graphique). Le retard relativement important avec lequel intervient la réaction du système climatique apparaît dans les différences relativement réduites existant entre les scénarios dans leurs phases initiales. Cela traduit également la complexité de la question. Il existe une corrélation étroite entre les changements climatiques et d'autres questions environnementales, en particulier la pollution atmosphérique locale et régionale. Par exemple, la réduction des émissions de dioxyde de soufre (SO2) produit des augmentations de température qui peuvent momentanément plus que compenser les effets de la réduction des émissions de CO2. Le fait que l'on enregistre des taux plus élevés de changement de température dans les scénarios Politiques d'abord et Durabilité d'abord en 2032 traduit le succès obtenu dans ces scénarios par les politiques de réduction du SO2. Toutefois, à long terme la température augmente beaucoup plus vite et d'une manière beaucoup plus générale dans les scénarios Marchés d'abord ou Sécurité d'abord, alors que le rythme de l'augmentation de la température se ralentit dans le scénario Durabilité d'abord.

Concentrations atmosphériques de dioxyde de carbone (ppm/volume)

L'accumulation de gaz carbonique épouse les tendances en matière d'émissions, et ces gaz restent longtemps dans l'atmosphère une fois qu'ils y sont. Seul le scénario Durabilité d'abord permet d'entrevoir une stabilisation à 450 ppm (parties par million) d'équivalent gaz carbonique.

Source : IMAGE 2.2 (voir annexe technique).

Évolution de la température mondiale (°C tous les 10 ans)

Il n'est plus possible d'éviter les changements de température d'ici aux années 2030. Quel que soit le scénario, le rythme du changement dépasse 0,10 °C tous les 10 ans - un niveau audelà duquel il y aura un impact probablement négatif sur les écosystèmes.

Source : IMAGE 2.2 (voir annexe technique).

Le retard dans la réaction du système climatique se manifeste également d'autres façons. Par exemple, d'ici à 2032 il existe très peu de différence entre les scénarios évoqués pour ce qui est de l'élévation du niveau de la mer. Cette élévation atteint depuis le début du siècle environ 10 centimètres, pourtant ce niveau et le rythme de l'élévation ont des conséquences graves pour les régions côtières et de faible altitude partout dans le monde, ce qui implique qu'il faut examiner avec soin les mesures d'adaptation, en même temps que l'on s'efforce de réduire les émissions.