About UNEP UNEP Offices News Centre Publications Events Awards Milestones UNEP Store
GEO-3: GLOBAL ENVIRONMENT OUTLOOK  
UNEP Website GEO Home Page

Problèmes des côtes

L'environnement côtier et le milieu marin ne laissent pas d'être, eux aussi, au centre des préoccupations en Europe. Dans le scénario Marchés d'abord, le tourisme exerce une pression toujours plus forte sur les côtes de toute la région, ce qui ne va pas sans accentuer des problèmes écologiques locaux comme celui de la salinisation. De plus, certaines zones, comme les côtes de la Baltique, sont fortement marquées par le phénomène des résidences secondaires. En Europe orientale tout spécialement, la gestion des côtes est de plus en plus abandonnée aux autorités locales, d'où des résultats très imprévisibles.

Dans le scénario Politiques d'abord, les gouvernements se portent acquéreurs de certaines zones côtières en Europe occidentale pour les faire bénéficier d'une pleine protection. En Europe orientale, on adopte une loi-cadre de la protection des côtes et l'on redynamise les plans de zonage. Dans le scénario Sécurité d'abord, les côtes d'Europe occidentale continuent d'être le théâtre de l'industrialisation, le tourisme continue de s'y développer, on construit des aéroports et autres infrastructures. En Europe centrale, les côtes restent pour l'essentiel dans la situation où elles se trouvaient en 2002.

En Europe orientale, les côtes sont déclarées zones interdites pour des raisons militaires, avec impossibilité d'y accéder, tout comme elles peuvent être utilisées pour la construction de nouveaux ports. Dans l'ensemble, les pressions se situent pratiquement au même niveau qu'en 2002. Dans le scénario Durabilité d'abord, des plans de gestion intégrée des côtes fondés sur des partenariats volontaires et des arrangements participatifs améliorent considérablement l'environnement côtier.

Imaginons ... une grande panique alimentaire en Europe

Vers 2005, une grande panique alimentaire ébranle l'Europe, rappelant à certains égards la crise de l'huile de cuisson espagnole dans les années 80 ou la crise de l'encéphalopathie spongiforme bovine dans les années 90. Mais cette fois, la crise se situe sur une échelle beaucoup plus grande et il en va de même de son impact psychologique. En différents endroits d'Europe occidentale et centrale et au même moment, la maladie et la mort frappent les jeunes enfants. Le nombre de victimes va croissant, mais pendant au moins un an on s'interroge sur les causes. On se demande un peu partout si cela ne serait pas lié à des organismes génétiquement modifiés ou à des greffes biologiques, sans que cela soit établi de manière concluante. Finalement, la cause s'avère être une microtoxine jusque-là peu commune. Il apparaît que cette toxine est produite par un champignon que l'on trouve dans de nombreuses céréales et dont l'apparition et la dissémination présentent un lien avec les changements climatiques. Malheureusement, cette nouvelle n'atténue en rien le problème d'une culture qui fait du pain l'aliment de base.

Dans le scénario ...

Marchés d’abord
  • La méfiance des consommateurs va en augmentant en Europe occidentale et centrale. Cela provoque la ruine de l'agriculture dans des pays pour lesquels l'UE est un marché d'exportation essentiel dans les années 2010, comme l'Argentine, l'Ukraine, la Roumanie, la Lettonie et le Kenya.
  • Une réglementation plus stricte en matière de certification est mise en place sous l'impulsion des sociétés transnationales.
Politiques d’abord
  • On met sur pied une coordination européenne sur des questions comme le partage du coût du rappel des céréales, ainsi qu'un programme d'urgence pour trouver des aliments de base qui remplaceront les céréales contaminées. On met fortement l'accent sur des systèmes d'alerte précoce et sur une réglementation stricte des innovations biotechnologiques pour éviter qu'une telle situation se reproduise.
  • Les efforts déployés au niveau mondial pour maîtriser les changements climatiques se renforcent.
Sécurité d’abord
  • On commence par attribuer la crise à la guerre biologique et on proclame l'état d'urgence.
  • Les immigrants en situation irrégulière se heurtent de plus en plus à des réactions xénophobes, car on les considère comme des vecteurs potentiels de virus exotiques.
  • Les différends commerciaux s'exacerbent, car l'on craint d'autres crises.
Durabilité d’abord
  • Des systèmes d'appui efficaces, surtout au niveau local, permettent de réduire le nombre de morts et d'optimiser le traitement des victimes.
  • Grâce à un programme de réformes du secteur agricole, programme qui se poursuit et s'accélère par la suite, on parvient à freiner la propagation du champignon.

Leçons
Nombre de crises écologiques peuvent trouver leurs racines dans le tissu extrêmement complexe des systèmes humains et naturels et de leurs interactions. Il faut en être conscient et rester vigilant pour détecter à temps les évolutions inattendues, si l'on veut atténuer les chocs et faire face aux crises dès qu'elles éclatent. La prévoyance, l'alerte précoce et la capacité d'intervenir souplement peuvent être des atouts essentiels.