About UNEP UNEP Offices News Centre Publications Events Awards Milestones UNEP Store
GEO-3: GLOBAL ENVIRONMENT OUTLOOK  
UNEP Website GEO Home Page

L'étalement des villes

Un des autres changements importants de l'utilisation des terres est lié à l'expansion continue des zones urbaines (voir au-dessous). La superficie de construction par habitant continue d'augmenter dans le scénario Marchés d'abord, ce qui provoque les structures d'établissements humains tentaculaires qu'on observe en Amérique du Nord. Dans le scénario Politiques d'abord, les établissement humains sont plus compacts que dans le scénario Marchés d'abord, mais l'élévation des revenus entraîne néanmoins une expansion rapide des zones construites. En conséquence, la superficie construite dans le scénario Politiques d'abord n'est que légèrement inférieure à celle construite dans le scénario Marchés d'abord. Dans le scénario Sécurité d'abord, une expansion non planifiée et une forte croissance démographique entraînent aussi une expansion importante des zones construites. Dans le scénario Durabilité d'abord, comme dans le scénario Politiques d'abord, la tendance à construire de façon plus compacte est compensée par une accélération de la croissance économique. Toutefois, la compensation n'est que partielle, mais c'est dans ce scénario que la superficie construite augmente le moins.

Expansion des zones construites : Amérique latine et Caraïbes (% de la superficie terrestre totale)
Source : PoleStar (voir annexe technique).
Émissions d'oxydes d'azote liées à la consommation d'énergie : Amérique latine et Caraïbes (millions de tonnes d'azote)
Source : IMAGE 2.2 (voir annexe technique).

Légende des
graphiques

L'expansion des villes cause des problèmes de qualité de l'eau, d'évacuation des déchets, de pollution de l'air et d'envahissement général dans une grande partie de l'Amérique latine. Les facteurs économiques continuent d'attirer les populations, en particulier dans le scénario Marchés d'abord. Si l'on n'améliore pas la planification et l'organisation des zones urbaines, les pressions environnementales, en particulier dans les mégapoles, continuent de s'intensifier car le taux d'expansion démographique dépasse le rythme du développement des infrastructures. Cet effet est encore accentué dans le scénario Sécurité d'abord, car les plus prospères se retireront de plus en plus dans des enclaves et empêcheront les pauvres d'avoir accès à de l'eau de boisson salubre, à des services d'assainissement et des services de santé. La qualité et la quantité de l'eau et l'élimination des déchets solides sont très préoccupantes dans les petits pays et territoires insulaires des Caraïbes. La pollution atmosphérique incontrôlée a un impact grave et coûteux sur la santé, en particulier parmi les populations urbaines (voir graphique au-dessus).

Dans le scénario Politiques d'abord, les mesures visant à freiner l'émigration vers les villes et à améliorer les réseaux de transport public ainsi que les systèmes de collecte, d'évacuation et de recyclage des déchets ménagers et industriels réduit la vulnérabilité des villes et de leurs habitants face aux catastrophes dues à l'action de l'homme ou aux catastrophes naturelles, sans l'éliminer complètement toutefois. Le scénario Durabilité d'abord donne de meilleurs résultats. La pollution atmosphérique décline en raison d'une réglementation efficace et d'un progrès technique bien ciblé. La diffusion de conseils et de connaissances scientifiques solides, et le transfert de technologies appropriées améliorent encore la gestion des déchets. La quantité de déchets produits diminue en termes relatifs et en raison de leur qualité et de leur composition, letaux de réutilisation, de recyclage et d'utilisation pour la production d'énergie augmente. Enfin, une distribution plus équitable des revenus et des patrimoines entre les zones urbaines et les campagnes modère l'exode rural.