About UNEP UNEP Offices News Centre Publications Events Awards Milestones UNEP Store
GEO-3: GLOBAL ENVIRONMENT OUTLOOK  
UNEP Website GEO Home Page

Les écosystèmes et les espèces menacées

Tous ces facteurs ainsi que l'expansion des infrastructures (voir graphique) et le changement climatique ont des incidences sur la diversité biologique dans la région. La diminution des surfaces des forêts se traduit par une perte de capital naturel et une réduction de la diversité biologique terrestre dans tous les scénarios sauf le scénario Durabilité d'abord (voir graphique). Dans le scénario Politiques d'abord, l'amélioration du contrôle et de la gestion des écosystèmes critiques dans les zones protégées aide à préserver la diversité biologique. Toutefois, comme la croissance économique est un peu plus élevée que dans le scénario Marchés d'abord, cette amélioration reste limitée.

Dans le scénario Durabilité d'abord, une meilleure connaissance des écosystèmes et un plus grand souci de les protéger entraînent une conservation plus efficace de la diversité biologique marine et terrestre. Des approches novatrices pourraient aider à rétablir les populations d'espèces auparavant menacées. Du point de vue tant scientifique qu'esthétique, on attache une grande importance à la diversité biologique, ce qui permet de disposer d'un éventail d'espèces plus large pour obtenir des produits pharmaceutiques ou des plantes alimentaires. De nouvelles zones sont intégrées dans les réseaux nationaux de zones protégées afin de préserver la diversité biologique et de fournir des services environnementaux et récréatifs. Dans les scénarios Marchés d'abord et Sécurité d'abord, il est probable que des écosystèmes uniques soient extrêmement dégradés, voire détruits, et que certaines espèces menacées s'éteignent.

Superficie des terres transformées par l'expansion des infrastructures : Amérique latine et Caraïbes (% de la superficie terrestre totale)

L'intensification de la prospection d'hydrocarbures et de minéraux accélère la construction routière qui, dans certains endroits, implique un empiètement sur les forêts et entraîne une transformation ultérieure des terres forestières en plantations ou en exploitations agricoles. La transformation des forêts tropicales humides en terres arables ou en pâturages est une des plus grandes menaces pour la diversité biologique.

Source : GLOBIO (voir annexe technique).

Indice du capital naturel : Amérique latine et Caraïbes

Un indice de 100 correspond à une situation dans laquelle la terre est totalement laissée à ellemême et toutes les pressions sont en dessous du seuil minimum (voir annexe technique). La diminution de l'indice du capital naturel indique une perte d'habitats et une intensification des pressions qui s'exercent sur la diversité biologique terrestre et aquatique.

Source : IMAGE 2.2 (voir annexe technique).