About UNEP UNEP Offices News Centre Publications Events Awards Milestones UNEP Store
GEO-3: GLOBAL ENVIRONMENT OUTLOOK  
UNEP Website GEO Home Page

Les risques de pénurie de nourriture et d'eau

Les différents scénarios ont aussi des conséquences importantes pour ce qui est des besoins essentiels liés à l'impact environnemental global. Le changement climatique a des effets sur la disponibilité d'eau douce, sur l'expansion démographique et sur l'activité économique, en particulier dans l'agriculture, et ces effets tendent à accroître la demande d'eau douce dans la plupart des scénarios. De même, dans tous les scénarios, la population qui vit dans des zones subissant un stress hydrique important augmente (voir graphiques). Dans les scénarios Marchés d'abord et Sécurité d'abord, la superficie des zones dans lesquelles il y a pénurie d'eau augmente en Amérique centrale et dans les Caraïbes et reste constante en Amérique du Sud. Toutefois, si l'on tient compte de l'augmentation de la population, la population vivant dans ces zones sera multipliée par deux à trois. Le nombre de personnes qui vivent dans des zones souffrant d'une pénurie aiguë d'eau augmente aussi dans les scénarios Politiques d'abord et Durabilité d'abord, en dépit du fait que le prélèvement d'eau reste à peu près au niveau actuel. Dans le scénario Politiques d'abord, la réforme de la facturation de l'eau et la réorientation des subventions, ainsi que les progrès techniques, ont des effets positifs sur le bilan de l'eau.

Population vivant dans des zones où la pénurie d'eau est grave : Amérique latine et Caraïbes (%)

Lorsque plus de 40 % des ressources hydriques renouvelables d'un bassin hydrographique sont prélevées pour l'usage de l'homme, on considère que ce bassin est soumis à une pression intense.

Source : WaterGAP 2.1 (voir annexe technique).

Légende des
graphiques
Nombre de personnes vivant dans des zones où il y a une pénurie grave d'eau : Amérique latine et Caraïbes (millions de personnes)

Tous ces graphiques indiquent l'impact sur l'ensemble de la région. Le graphique qui se trouve en haut à gauche décrit la situation actuelle et le diamètre des autres cercles indique l'ampleur de l'impact en 2032 dans le cas des quatre scénarios. En Amérique latine, on estime qu'environ un quart de la population totale (plus de 100 millions de personnes) vivent dans des zones où il y a pénurie d'eau, en particulier au Mexique, en Argentine et le long de la côte ouest du continent.

Source : WaterGAP 2.1 (voir annexe technique).

De même, la capacité de répondre à la demande alimentaire dans les différents scénarios est due à une évolution à la fois de l'offre et de la demande, qui peut être influencée par des politiques sociales, environnementales et économiques. Dans toutes les régions, les revenus moyens augmentent, ce qui contribue à faire baisser le pourcentage de la population qui n'a pas assez à manger. Dans le scénario Marchés d'abord, l'inégalité relativement forte qu'on observe aujourd'hui en Amérique latine est quelque peu atténuée car la structure sociale de la région se rapproche des pays industriels. Néanmoins, les avantages de la croissance et la réduction des inégalités de revenus ne sont pas suffisants pour compenser la croissance démographique, et le nombre total de personnes qui ont faim augmente. Dans le scénario Politiques d'abord, la conjugaison d'un taux de croissance relativement élevé et d'une distribution des revenus relativement équitable entraîne une baisse du nombre de personnes qui ont faim, ainsi que de leur pourcentage. Dans le scénario Sécurité d'abord, l'aggravation des écarts de revenus entraîne une augmentation tant du pourcentage de personnes qui ont faim dans l'ensemble de la région que de leur nombre. Dans le scénario Durabilité d'abord, l'augmentation de l'équité tant à l'intérieur de chaque pays qu'entre les pays se traduit par une croissance économique rapide et une réduction des différences de revenus, ce qui entraîne une forte diminution du pourcentage de la population et du nombre de personnes qui ont faim (voir graphiques).

Population sous-alimentée : Amérique latine et Caraïbes (%)

L'élévation des revenus et l'amélioration de l'équité sont des facteurs essentiels qui contribuent à réduire la faim dans les scénarios Politiques d'abord et Durabilité d'abord.

Source : PoleStar (voir annexe technique).

Population sous-alimentée : Amérique latine et Caraïbes (en millions de personnes)

Les cinq graphiques montrent l'impact total sur la région. Le cercle situé en haut à gauche indique la situation actuelle et le diamètre des autres est proportionnel à l'ampleur de l'impact correspondant aux quatre scénarios en 2032.

Source : PoleStar (voir annexe technique).


Imaginons ... l'impact d'une profonde récession mondiale sur l'Amérique latine et les Caraïbes

Une profonde récession économique débute dans le monde industrialisé et se propage rapidement à l'ensemble de la planète, déstabilisant la plupart des économies en développement les plus avancées. Les flux de capitaux entre pays développés et pays en développement s'inversent car les investisseurs internationaux rapatrient leurs actifs financiers ou les transfèrent dans des pays plus riches. Les capitaux des pays en développement fuient vers des lieux plus sûrs et plus intéressants. D'importants déficits budgétaires et commerciaux forcent les gouvernements à appliquer des politiques restrictives pour comprimer les dépenses et les importations tout en stimulant les exportations. Les budgets environnementaux sont parmi les premiers à être réduits et l'exploitation de matières premières naturelles est intensifiée pour obtenir davantage de recettes d'exportation, mais cela n'a guère d'effet sur l'emploi. Les dépenses sociales sont aussi considérablement réduites.

Dans le scénario ...

Marchés d’abord
  • Les dépenses du secteur public et du secteur privé sont réduites et les ressources sont réaffectées de façon à stimuler l'exportation. La production globale diminue sensiblement. Les responsables du Trésor public négligent les domaines qui leur paraissent peu prioritaires, et en particulier les programmes environnementaux et sociaux, ainsi que les mesures visant à faire respecter les lois sur l'environnement.
  • L'impact social est notamment une aggravation de la pauvreté et de l'inégalité et de fortes migrations.
  • L'exploitation débridée des ressources naturelles atteint un point extrême. Le bassin de l'Amazone et d'autres régions de forêts humides sont exploités sans scrupule et envahis de personnes venues des zones les plus touchées par la dépression économique. De nouveaux foyers de désertification apparaissent et la population vivant dans des zones où il y a pénurie d'eau augmente. La pêche et l'aquaculture se développent beaucoup au détriment de l'environnement.
Politiques d’abord
  • De nouvelles politiques stimulent la production de produits d'exportation et de produits de remplacement des produits d'importation et accroissent la compétitivité de la région.
  • Les accords internationaux concernant l'environnement et les normes du travail conclus entre les pays de la région sont consolidés.
  • Bien que la récession touche tous les secteurs de l'économie et entraîne une régression environnementale et sociale, en particulier dans les pays les moins avancés, la région est bien placée pour surmonter la crise.
Sécurité d’abord
  • L'impact de la récession est particulièrement fort dans les mégapoles. Un niveau de chômage sans précédent pousse à l'émigration les habitants des secteurs urbains denses vers les périphéries et les incite à s'installer dans des endroits exposés à des glissements de terrain, à des inondations et à d'autres catastrophes. La population est de plus en plus exposée à des épidémies de maladies infectieuses.
  • La surcharge de déchets domestiques et industriels devient un risque environnemental majeur.
  • Dans les campagnes, il y a un cercle vicieux liant pauvreté et dégradation de l'environnement. La dégradation des sols s'intensifie et les foyers de désertification se multiplient.
Durabilité d’abord
  • Les événements du 11 septembre 2001 et leurs séquelles, s'ajoutant aux résultats du Sommet de Johannesburg, sensibilisent l'opinion publique et les responsables aux impératifs de la lutte contre la pauvreté et de la protection de l'environnement et les gouvernements prennent des engagements dans ce sens. En 2010, l'ensemble du monde comme la région sont fermement engagés dans la voie de la durabilité.

Leçons
Pour produire davantage de produits d'exportation, il faut miser sur des activités qui se fondent sur des pratiques de production durables. On peut atténuer l'impact de la récession sur l'emploi, limiter les problèmes de santé et freiner l'émigration due aux difficultés économiques ou à la dégradation de l'environnement sans recourir à des pratiques destructives ou à la surexploitation. Même ainsi, pour que chacun comprenne que les systèmes de production fondés sur les ressources naturelles doivent être améliorés de façon à être plus durables, il faudra peut-être parfois quelques catastrophes dues à la surexploitation des ressources naturelles.