About UNEP UNEP Offices News Centre Publications Events Awards Milestones UNEP Store
GEO-3: GLOBAL ENVIRONMENT OUTLOOK  
UNEP Website GEO Home Page
Placer le marché sous le signe du développement durable
Il existe une infinité de moyens de mettre le marché au service du développement durable : on peut instaurer des systèmes de permis négociables, supprimer les barrières tarifaires et les subventions publiques qui portent atteinte à l'environnement, subventionner de jeunes entreprises écologiquement saines, ouvrir des marchés pour les services écologiques, encourager les mesures de transparence et d'affectation de recettes fiscales. Mis en oeuvre dans un cadre qui s'y prête, les instruments du marché s'avèrent souvent plus efficaces que des mesures de coercition, sans compter que leur souplesse encourage l'innovation privée bien mieux que des politiques contraignantes. Toutefois, le marché répugne à appréhender le long terme et l'incertitude liés à certains problèmes d'environnement.

Propositions d'action
Le marché au service du développement durable
  • Promouvoir des politiques sur mesure alliant les instruments du marché et des mesures coercitives traditionnelles, comme l'internalisation des coûts environnementaux, en instaurant des taxes environnementales et en supprimant les subventions qui ont des répercussions défavorables sur l'environnement ;
  • Forger des partenariats entre les pouvoirs publics, l'industrie et d'autres forces afin d'ouvrir des marchés aux biens et services environnementaux, en utilisant des instruments comme la législation, les mesures d'incitation, les mécanismes du marché et autres méthodes propres à influencer le marché et le comportement du consommateur ;
  • Analyser et corriger les déséquilibres et failles du marché, notamment en diminuant les subventions grâce auxquelles les prix sont maintenus artificiellement en dessous du coût de production et d'utilisation de ressources comme les hydrocarbures, les pesticides, l'eau et l'électricité ;
  • hydrocarbures, les pesticides, l'eau et l'électricité ; Mettre au point des mesures d'incitation plus nombreuses et plus efficaces pour tirer parti de situations dans lesquelles tant l'économie que l'environnement sont gagnants, notamment :
    • Faire profiter davantage les collectivités des marchés de biens de l'environnement (par exemple, par des pratiques commerciales loyales) ;
    • Instaurer une politique de transparence afin de montrer du doigt ceux qui polluent - par exemple, des registres accessibles au public où sont consignés les émissions et les transferts de polluants, dans lesquels les entreprises doivent indiquer les émissions dans l'atmosphère, l'eau et le sol ;
  • Encourager les pouvoirs publics à jouer toujours davantage un rôle de catalyseur axé sur la coopération (plutôt que sur la réglementation) et favoriser une meilleure coordination nationale entre les décisions en matière d'échanges internationaux et la politique de l'environnement ;
  • Ouvrir des marchés aux biens et services « verts » ;
  • Intervenir activement pour stimuler une consommation et une production durables ;
  • Fournir des incitations en vue d'une production et d'une innovation efficaces sur le plan écologique.