AcceuilÀ propos de l’EMPartenairesOrganisations scientifiques

Organisations scientifiques affiliées à l’EM et académies nationales des sciences

Les académies nationales des sciences dans le monde constituent un corpus exceptionnel d’experts ayant une influence dans la prise de décisions nationales. Pour s’assurer que l’EM rejoigne les experts dans tous les pays et pour favoriser la diffusion des conclusions de l’évaluation dans les pays, avec le soutien de l’Académie des sciences du tiers monde et de l’InverAcademy Panel, l’EM a créé un groupe d’académies des sciences (AS) et d’organisations scientifiques affiliées. Ces AS ont obtenu l’ébauche pour examen du cadre conceptuel, tous les documents de synthèse et les chapitres de l’évaluation et ont joué un rôle capital dans la diffusion des rapports. Les AS membres en septembre 2004 sont les suivantes :

Académies nationales des sciences

Afrique du Sud

  • Academy of Science of South Africa (ASSAf) L’ASSAf a été fondée en 1996. Puisqu’elle fait partie du système des sciences de l’Afrique du Sud, l’académie est un organisme indépendant, « activiste » et fondé sur le mérite, déterminé à aider le pays à trouver des solutions scientifiques à ses problèmes et à créer des possibilités scientifiques de croissance et de prospérité.

Argentine

Bosnie-Herzégovine

Cameroun

  • Cameroon Academy of Sciences L’académie a été fondée en 1990 afin de promouvoir les progrès scientifiques et technologiques en vue du développement économique, social et culturel du Cameroun (courriel : icassrt@camnet.cm).

Chine (République populaire)

  • Chinese Academy of Sciences Fondée en 1949, l’académie des sciences de la Chine est l’établissement d’enseignement du plus haut niveau au pays et un centre de R et D en sciences naturelles et haute technologie.

Colombie

  • Academia Colombiana de Ciencias Exactas, Físicas y Naturales L’académie colombienne des sciences a été fondée en 1929 et, dès 1933, elle a été reconnue comme un organe consultatif du gouvernement colombien. Elle fait la promotion de la recherche scientifique, tout particulièrement des programmes visant à améliorer les connaissances sur l’environnement naturel de la Colombie et ses ressources.

Guatemala

  • Academia de Ciencias Medicas, Fisicas y Naturales de Guatemala L’académie des sciences médicales, physiques et naturelles du Guatemala a été fondée en 1945 afin de diffuser des études culturelles, de voir à l’avancement de la science, d’appuyer la recherche scientifique et technologique et d’inclure des connaissances universelles afin de promouvoir les progrès de l’humanité (courriel : accgu03@usac.edu.gt).

Indonésie

  • Indonesian Academy of Sciences (AIPI) L’académie indonésienne des sciences a été fondée en 1990. Elle compte actuellement cinq comités scientifiques : sur les sciences fondamentales, le génie, les sciences médicales, les sciences humaines et les arts et la culture (courriel : aipi@dnet.net.id).

Kenya

  • Kenya National Academy of Sciences (KNAS) L’académie des sciences du Kenya est une organisation savante, apolitique et non confessionnelle comprenant tous les domaines du savoir. Elle cherche à promouvoir la transformation de l’économie du pays. Fondée en 1983, elle compte actuellement 70 membres (courriel : knas@iconnect.co.ke).

Malaisie

  • Academy of Sciences Malaysia (ASM) L’académie des sciences de Malaisie, fondée en vertu de l’Academy of Sciences Malaysia Act 1994, cherche à : promouvoir le développement de la science, du génie et de la technologie; promouvoir la connaissance, la compréhension et l’appréciation du rôle des sciences et de la technologie à l’échelle nationale; donner au gouvernement des conseils sur des aspects des sciences, du génie et de la technologie qui sont importants pour le développement national; tisser et entretenir des liens avec des organismes à l’étranger qui ont les mêmes objectifs.

Ouganda

  • Uganda National Academy of Sciences (UNAS) Fondée en 2000, l’académie des sciences de l’Ouganda est l’organisation cadre de tous les spécialistes des sciences physiques, naturelles et humaines au pays.

Philippines

  • Philippine National Academy of Science and Technology (NAST) L’académie des sciences et de la technologie des Philippines a été créée en 1976 pour souligner des réalisations remarquables en sciences et technologie et servir de bassin de travailleurs scientifiques et technologiques compétents pour le pays. En 1982, elle est devenue l’organe consultatif du Président de la République des Philippines sur les politiques touchant les sciences et la technologie.

Pologne

  • Polish Academy of Sciences (PAS) L’académie des sciences de la Pologne a été fondée en 1952 et remplaçait la Polish Academy of Arts and Sciences, à Cracovie, qui a cessé d’être active jusqu’en 1989, année où elle a été officiellement reconstituée en société savante. L’académie est un établissement scientifique d’État visant à développer les sciences, à les promouvoir et à faire progresser la culture nationale.

Royaume-Uni

  • Royal Society À titre d’académie nationale indépendante du Royaume-Uni, la Royal Society a été fondée en 1660 et compte actuellement 1 300 fellows, Elle représente la communauté scientifique britannique en Grande-Bretagne et dans ses rapports avec des particuliers et des groupes de scientifiques du monde entier. La Society est un organisme de bienfaisance enregistré et possède une fondation qui lui permet de réaliser la majorité de ses travaux. Elle obtient aussi une subvention parlementaire annuelle pour des activités particulières. Elle publie cinq revues examinées par des pairs qui sont respectées à l’échelle internationale, notamment Philosophical Transactions of The Royal Society, la plus vieille publication scientifique au monde, dont le premier numéro est paru en 1665.

Slovénie

  • Slovenian Academy of Sciences and Arts (SASA) Fondée en 1938, l’académie des sciences et des arts de la Slovénie est un établissement autonome qui fait la promotion de l’excellence dans les domaines des sciences et des arts et de l’avancement du patrimoine naturel et culturel du pays.

Suède

  • Royal Swedish Academy of Sciences (RSAS) Fondée en 1739, l’académie royale des sciences de la Suède compte aujourd’hui 164 membres de moins de 65 ans et près de 200 membres de 65 ans et plus. Le premier de ces nombres est fixe; ce n’est que lorsqu’un membre a 65 ans qu’un nouveau membre peut être élu. L’académie compte aussi 164 membres étrangers à qui les règles sur l’âge ne s’appliquent pas. Les membres font des recherches en : mathématiques, astronomie et sciences spatiales, physique, chimie, géosciences, sciences biologiques, sciences médicales, sciences de l’ingénieur, sciences économiques et humaines, sciences humanistes et autres. L’académie décerne des prix pour des réalisations scientifiques remarquables, dont les plus connus sont les Prix Nobel en physique, en chimie, ainsi que le prix en économie à la mémoire d’Alfred Nobel.

Taipei/Taïwan

  • Academica Sinica Fondée en 1928, l’Academica Sinica est l’établissement d’enseignement le plus éminent à Taïwan, en Chine. Sa mission consiste à appuyer la recherche fondamentale et appliquée en sciences et en sciences humaines, à promouvoir la recherche universitaire en Chine et à réaliser des recherches afin de répondre aux besoins nationaux.

Régions

  • African Academy of Sciences (AAS) L’académie africaine des sciences a été fondée en 1985 comme une organisation de scientifiques transcontinentale, professionnelle, apolitique et sans but lucratif. Elle a été établie afin de devenir un forum panafricain qui défend le développement assuré par les sciences en Afrique.

Organisations scientifiques

  • Asia Pacific Environmental Innovation Strategies (APEIS), Japon Les objectifs de l’APEIS sont d’élaborer des outils fondés sur des connaissances scientifiques et des possibilités de stratégies novatrices afin de promouvoir la prise de décisions éclairées en vue du développement durable; de favoriser la coopération régionale et le renforcement des capacités; et de proposer un modèle d’initiative régionale concrète qui confirme et réalise le plan de mise en œuvre du Sommet mondial sur le développement durable.
  • Central Asia Regional Environment Center (CAREC), Kazakhstan Le CAREC est l’une des institutions qui sont intégrées en un réseau de centres semblables (REC) établis en Europe centrale et orientale et dans les Nouveaux États indépendants (Hongrie, Russie, Caucase, Ukraine et Moldavie). La mission du CAREC consiste à renforcer la coopération entre les ONG, les gouvernements, les entreprises, les donateurs et d’autres parties prenantes pour l’environnement et le développement durable (EDD); à accroître la participation du public au processus décisionnel en matière d’environnement, aidant ainsi à faire avancer le développement de la société civile.
  • F undacion Instituto Latinamericano de Politicas Sociales (ILaPS) , Argentine L’ILaPS est une ONG préconisant une approche interdisciplinaire du développement durable, éthique et équitable en Amérique latine. Il a pour mission de promouvoir l’intégration du développement humain dans des domaines tels que : la santé, l’éducation, l’égalité socioéconomique, l’environnement et la gestion des ressources naturelles (courriel : filaps@infovia.com.ar).
  • Inter-American Institute for Global Change Research (IAI), Brésil L’IAI est une organisation intergouvernementale ayant l’appui de 19 pays des Amériques et vouée à l’atteinte des principes de l’excellence scientifique, de la coopération internationale et de l’échange ouvert d’information scientifique afin d’améliorer la compréhension des phénomènes des changements à l’échelle du globe et de leurs répercussions socioéconomiques. Reconnaissant qu’il est nécessaire de mieux comprendre les processus naturels et sociaux qui entraînent des changements environnementaux à grande échelle, l’IAI favorise les échanges interactifs entre les scientifiques et les décideurs. Son but est d’accroître la capacité scientifique de la région et de fournir aux décideurs des renseignements utiles, en temps opportun. Son principal objectif est de favoriser la recherche au‑delà de la portée des programmes nationaux en faisant progresser des études comparatives et ciblées, fondées sur des questions scientifiques importantes pour la région dans l’ensemble.
  • International Centre for Integrated Mountain Development (ICIMOD) Les principaux objectifs du Centre consistent à promouvoir l’élaboration d’un écosystème montagneux écologique et économiquement sain et à améliorer le niveau de vie des populations montagnardes, surtout dans la région de l’HKH. Pour accomplir ce mandat, l’ICIMOD travaille principalement à l’interface entre la recherche et le développement et agit à titre de facilitateur pour générer de nouvelles connaissances propres aux montagnes qui conviennent au développement de la montagne.
  • Global International Waters Assessment (GIWA) Fondée en 1999 et ayant pris fin en 2004, la GIWA cherchait à fournir un cadre stratégique complet pour déterminer les priorités des mesures correctives et d’atténuation dans les eaux internationales, notamment l’eau de mer et l’eau douce, pour 66 régions dans le monde.
  • Crop Science Society of America La CSSA est une organisation scientifique et à caractère éducatif comptant plus de 3 500 membres voués à l’avancement de la phytotechnie (science des récoltes). Fondée en 1955, la Society est d’envergure véritablement internationale, car elle compte des membres dans plus de 100 pays qui font progresser la discipline de la phytotechnie en acquérant et en diffusant de l’information sur les récoltes en ce qui touche la génétique semencière, la génomique, la biotechnologie et l’amélioration des plantes; la physiologie des cultures; la culture agricole, la qualité et l’écologie; les ressources en matériel génétique des cultures; et la qualité de l’environnement.
  • American Society of Agronomy Fondée en 1907, l’ASA est vouée au développement de l’agriculture par la science, en harmonie avec les valeurs environnementales et humaines. La Society appuie des activités scientifiques, éducatives et professionnelles afin d’améliorer la communication et le transfert de technologie entre les agronomes et ceux qui travaillent dans des disciplines connexes à des questions d’importance locale, régionale, nationale et internationale.
  • Soil Science Society of America La SSSA est une organisation scientifique et à caractère éducatif ayant plus de 5 500 membres voués à l’avancement de la science du sol. C’est une organisation d’envergure internationale dont les membres de plus de 100 pays font avancer la discipline et la pratique de la science du sol en acquérant et en diffusant de l’information sur la chimie, la biologie, la physique, la genèse et la classification, la minéralogie, la conservation et l’utilisation du sol, ainsi que la qualité de l’environnement. Ses membres comprennent des professeurs d’enseignement général, des chercheurs, des fonctionnaires, des consultants du secteur privé, des diplômés et des étudiants de premier cycle.
  • The Ecological Society of America L’ESA est la société professionnelle d’écologistes de première importance aux États‑Unis, représentant plus de 8 000 chercheurs dans le domaine de l’écologie aux États-Unis, au Canada, au Mexique et dans plus de 70 autres pays. Fondée en 1915, elle cherche à promouvoir l’application responsable des principes écologiques à la résolution des problèmes environnementaux grâce à des rapports scientifiques, des revues, des recherches et des témoignages d’experts au Congrès. Tous les étés, l’ESA organise un congrès où elle présente les dernières conclusions des recherches écologiques et qui attire 3 000 scientifiques et étudiants, ainsi que des représentants des médias.
  • American Association for the Advancement of Science L’AAAS, qui est la plus importante organisation scientifique au monde, cherche à faire avancer la science et l’innovation dans le monde pour le bien de toute l’humanité. Fondée en 1848, l’AAAS est peut‑être mieux connue comme éditeur de la revue Science. Comptant plus de 138 000 membres et 272 sociétés affiliées, l’AAAS est une source d’information faisant autorité dans les derniers développements de la science et élimine les écarts entre les scientifiques, les décideurs et le public afin de faire progresser la science, l’enseignement des sciences et l’efficacité de la science à promouvoir le bien‑être humain.
  • The National Council for Science and the Environment Le NCSE tâche depuis 1990 d’améliorer le fondement scientifique des décisions environnementales. Son approche de la science fait partie de la nouvelle expression « science du développement durable ». Fort de l’appui de plus de 500 organisations universitaires, scientifiques, environnementales et d’entreprises et des administrations fédérale, locales et d’État, le Council travaille en étroite collaboration avec de nombreuses communautés qui créent et utilisent des connaissances environnementales pour prendre des décisions en matière d’environnement et leur donner forme.
  • The Geoindicators Initiative La GEOIN de l’Union internationale des sciences géologiques tâche depuis 1994 d’élaborer des outils conceptuels afin de surveiller les changements géologiques rapides qui surviennent pendant la durée de vie habituelle d’une personne. Grâce à la contribution d’un vaste réseau de spécialistes des sciences de la Terre dans de nombreux pays et de sous‑disciplines, la GEOIN a créé une liste de vérification annotée de géoindicateurs.
© 2005 Millennium Ecosystem Assessment  
Site by CaudillWeb