AcceuilRapportsDéclaration du Conseil d’administration

Déclaration du Conseil d’administration de l’EM

Vivre au dessus de nos moyens : Actifs naturels et bien-être humain

English | Español | Français | Portuguese*
العربية | Italiano* | 日本語* | 中文 | Pусский

 

La déclaration a été élaborée par le Conseil d’administration régissant le processus de l’EM, dont les membres représentent des organisations des Nations Unies, des gouvernements par l’entremise de plusieurs conventions internationales, des organisations non gouvernementales, des universités, des entreprises et des peuples autochtones. Voir la liste complète des membres du Conseil d’administration.

La déclaration du Conseil d’administration contient dix messages essentiels et des conclusions que l’on peut tirer de l’évaluation :

  • Chaque personne dans le monde dépend des services de la nature et des écosystèmes pour accéder à une vie décente, sûre et en bonne santé.
  • Les hommes ont apporté des changements sans précédent sur les écosystèmes durant les dernières décennies afin de satisfaire des demandes croissantes en nourriture, en eau douce, en fibres et en énergie.
  • Ces changements ont aidé à améliorer la vie de milliards de gens, mais ont également affaibli la capacité de la nature à fournir d’autres services clé comme la purification de l’air et de l’eau, la protection contre les désastres et la fourniture de remèdes médicinaux.
  • Les problèmes dominants identifiés par cette évaluation comprennent : l’état désastreux de nombreuses réserves de poissons dans le monde, l’extrême vulnérabilité des deux milliards de personnes qui vivent dans les régions sèches à la perte des services des écosystèmes, dont l’approvisionnement en eau, et la menace croissante qui pèse sur les écosystèmes en raison du changement climatique et de la pollution due aux substances nutritives.
  • Les activités humaines ont mené la planète vers un point limite au-delà duquel on peut s’attendre à une vague massive d’extinction des espèces, renforçant encore la menace sur notre propre bien-être.
  • La perte de services dérivés des écosystèmes forme un obstacle de taille pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement visant à réduire la pauvreté, la faim et la maladie.
  • La pression sur les écosystèmes va augmenter de manière globale dans les décennies à venir si les attitudes et les actions humaines ne changent pas.
  • Les mesures de conservation des ressources naturelles ont plus de chances de réussir si on en donne la responsabilité aux communautés locales, que les bénéfices sont partagés avec elles et qu’elles sont impliquées dans les décisions.
  • Même la technologie et la connaissance dont nous disposons aujourd’hui peuvent réduire considérablement l’impact humain sur les écosystèmes. Toutefois, elles ont peu de chances d’être déployées pleinement tant que les services des écosystèmes seront considérés comme gratuits et illimités, et que leur pleine valeur ne sera pas prise en compte.
  • Une meilleure protection des actifs naturels requiert des efforts coordonnés à travers toutes les sections des gouvernements, des entreprises et des institutions internationales. La productivité des écosystèmes dépend de choix politiques portant notamment sur l’investissement, les échanges commerciaux, les subventions, les impôts et la réglementation.

 

* Versions non révisées, non formatées

 

© 2005 Millennium Ecosystem Assessment  
Site by CaudillWeb