Le PNUE soutient le nettoyage des déchets toxiques en Sierra Leone do, jun 30, 2011

Un désastre environnemental a été évité à Freetown, la capitale de la Sierra Leone, où 93 barils de déchets toxiques ont été évacués du site d'une ancienne raffinerie d'huile, à la périphérie de la ville, ce qui a permis d'éviter une catastrophe en matière de santé publique pour les habitants.

| English   | 中文  

UNEP supported the successful clean up of 12,000 litres of the highly toxic substance, tetra-ethyl lead (TEL) in Sierra Leone

, Nairobi / Freetown (Sierra Leone) le 27 juin 2011 - Un désastre environnemental a été évité à Freetown, la capitale de la Sierra Leone, où 93 barils de déchets toxiques ont été évacués du site d'une ancienne raffinerie d'huile, à la périphérie de la ville, ce qui a permis d'éviter une catastrophe en matière de santé publique pour les habitants.

Avec l'assistance technique et financière du Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE), l'Agence de protection de l'environnement de la Sierra Leone (EPA-SL) a supervisé le nettoyage de près de 12 000 litres de substances hautement (dont du plomb tétraéthyle ou « PTE »). Le site est maintenant nettoyé et ne contient plus de plomb, ni de liquide nocif.

Le TEL est un liquide inflammable, toxique et explosif qui était couramment utilisé comme booster de carburant dans l'essence, pour fabriquer du carburant plombé. L'utilisation de l'additif dans le carburant a été interdite dans le monde entier en raison de sa nature hautement toxique, et de son effet nocif sur les convertisseurs catalytiques.

Les barils de TEL ont été découverts, sur le site de la raffinerie, dans cinq endroits différents, l'un en surface et les autres enfuis dans le sol. Suite à une demande du gouvernement de la Sierra Leone, le PNUE a mené une analyse environnementale préliminaire et a développé un plan d'assainissement. Cela a permis de déterminer que les quantités importantes de TEL présente sur le site de la raffinerie posaient un risque sérieux pour la santé, la subsistance et la sécurité des collectivités avoisinantes. En effet, cette substance est cancérigène, elle peut être mortelle lorsqu'elle est ingérée, et elle peut causer des dommages aux enfants à naître.

Dans le cadre de l'assainissement du site qui a été achevé la semaine dernière par INNOSPEC (un entrepreneur privé anglais), le personnel de l'EPA-SL a également reçu une formation concernant les différentes techniques d'extraction, d'entreposage et de confinement de substances hautement toxiques.

Le Président exécutif de l'Agence nationale de protection de l'environnement de la Sierra Leone (EPA-SL), Mme. Haddijatou Jallow, a souligné l'importance du renforcement des capacités nationales en matière de gestion des produits chimiques toxiques. "L'utilisation et l'élimination irréfléchie des produits chimiques n'est pas seulement nocive pour l'environnement, elle a également souvent un impact dévastateur, irréversible et fatal sur la vie et la santé de notre peuple. Des contrôles de sécurité plus stricts concernant l'utilisation et l'élimination de tous les produits chimiques est indispensable", a déclaré Mme. Jallow.

L'opération d'assainissement, qui a coûté 50 000 dollars au PNUE, a été réalisée par l'EPA-SL, un partenaire clé ayant bénéficié de l'expertise du PNUE lors d'un programme commun d'assistance technique, baptisé "Programme 21: Coopération Environnementale pour la consolidation de la paix en Sierra Leone".

Le quartier de Kissy, où se situe la raffinerie de pétrole, est un quartier très densément peuplé, à l'est de Freetown. Le site de la raffinerie est un jardin et un marché communautaire où les légumes, les fruits et les cultures vivrières sont cultivés par les résidents locaux.

Les barils de TEL dont il est question ont été livrés à la raffinerie de Kissy en 1991, avant que la guerre civile en Sierra Leone n'éclate. Cette raffinerie a été fortement endommagée pendant le conflit. Actuellement, la Sierra Leone n'a pas d'installations pour raffiner le pétrole brut. Le pays importe tous les produits dérivés du pétrole dont il a besoin.

Le liquide TEL récupéré sur le site sera acheminé au Royaume-Uni pour y être de traité, tandis que les barils et les boues sont en cours de décontamination, afin d'atténuer les risques potentiels pour la population locale.

L'EPA-SL, INNOSPEC et le PNUE ont coopéré pour rendre le site le plus sur possible. Des échantillons ont été recueillis pour évaluer l'ampleur de la contamination des sols avoisinant le site. Une deuxième phase opérationnelle pourrait également être nécessaire, ce qui impliquerait un traitement de toutes les zones de la raffinerie où l'on retrouverait des niveaux potentiellement dangereux de plomb. "Le PNUE est un partenaire précieux et fiable, sans son intervention en temps opportun, cet exercice n'aurait tout simplement pas été possible", a ajouté Haddijatou Jallow.

Depuis 2010, et suite à son rapport technique (intitulé "Sierra Leone: Évaluation de l'environnement, conflit et consolidation de la paix"), le PNUE travaille en collaboration avec la FAO et le PNUD pour fournir une assistance et un support technique pour la gestion des ressources naturelles en Sierra Leone. Tout cela dans le cadre du la Vision commune de l'ONU pour la Sierra Leone.

Contacts:

Mr. Nick Nuttall, Porte-parole du PNUE, nick.nuttal@unep.org

Professeur Abdouraman Bary, Coordonnateur régional MEA (produits chimiques), abdouraman.bary@unep.org

Mr. Oli Brown, Agent des affaires environnementales de l'ONU, oli.brown@unep.org

Bureau d'actualité du PNUE, unepnewsdesk@unep.org

 
comments powered by Disqus