Les chefs d'État africains soulignent l'importance du Sommet Rio +20 pour le continent vr, jul 1, 2011

Les chefs d'État africains veulent parler d'une seule voix sur le développement durable, à quelques mois de l'importante conférence Rio +20 qui doit se tenir l'année prochaine. Près de 130 personnes, parmi lesquelles les chefs d'État et les ministres de 53 pays, ont participé à une table ronde en Guinée équatoriale à l'occasion du Sommet des Chefs d'États et de gouvernement de l'Union africaine qui se terminera le 1er juillet.

| English  | Español   

The African Union Summit of Heads of States and Governments is being held under the theme of 'Youth Empowerment for Sustainable Development' Photo: African Union

, Le Sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'Union africaine se déroule actuellement avec pour thème : "Responsabilisation des jeunes pour un développement durable"

Malabo (Guinée équatoriale), 30 juin 2011 – Les chefs d'État africains veulent parler d'une seule voix sur le développement durable, à quelques mois de l'importante conférence Rio +20 qui doit se tenir l'année prochaine. Près de 130 personnes, parmi lesquelles les chefs d'État et les ministres de 53 pays, ont participé à une table ronde en Guinée équatoriale à l'occasion du Sommet des Chefs d'États et de gouvernement de l'Union africaine qui se terminera le 1er juillet.

Organisée par le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), la Commission de l'Union africaine, la Commission des Nations Unies pour l'Afrique et la Banque africaine de développement, cette manifestation a servi de cadre à d'importantes discussions sur l'état de préparation du continent à la Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio+20) de l'année prochaine.

Les participants ont pu faire part de leurs idées, suggestions et recommandations pour l'élaboration d'une stratégie commune de l'Afrique lors du sommet Rio+20.

Intitulée « Mobilisation des compétences africaines pour un processus régional de préparation de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio+20 », cette table ronde réunissait aussi des représentants des agences des Nations Unies, des commissions économiques régionales, de l'Union européenne et des groupes de la société civile.

Les deux principaux thèmes de Rio+20, à savoir l'économie verte dans le contexte du développement durable et l'éradication de la pauvreté et le cadre institutionnel d'un développement durable, étaient au centre des discussions.

« L'Afrique est l'une des régions qui a certainement le plus à gagner à une transition mondiale à l'économie verte » a déclaré le Secrétaire général adjoint et Directeur exécutif du PNUE, M. Achim Steiner.

« Rio+20 pourrait représenter une évolution d'un développement durable qui reconnait et valorise les avoirs de l'Afrique en tenant compte des réalités économiques, sociales et environnementales d'un monde commercialement différent de celui de Rio 1992. Le défi de Rio+20 est d'accélérer et d'appliquer à plus grande échelle ces réalités pour répondre aux défis de l'Afrique en libérant son potentiel désordonné comme force majeure d'un 21e siècle durable » a-t-il ajouté.

Cette table ronde avait pour modérateur Jean Ping, Président de la Commission de l'Union africaine et a été officiellement ouverte par Denis Sassou Nguesso, Président de la République du Congo, avec Jacob Zuma, Président de la République d'Afrique du Sud et Jean-François Bozize, Président de la République centrafricaine.

Le Président de l'Afrique du Sud, M. Zuma, a profité de la table ronde pour annoncer le lancement officiel de l'Initiative sud-africaine pour les énergies renouvelables (South African Renewables Initiative, SARI), qui vise à catalyser les avantages industriels et économiques du développement des énergies renouvelables dans le pays.

Avant de clore la table ronde, le modérateur, Jean Ping, a souligné que la Commission économique pour l'Afrique, la Commission de l'Union africaine et la Conférence ministérielle africaine sur l'environnement (AMCEN) se devaient de coordonner la rédaction d'une position commune pour Rio+20. Il a aussi invité le Kenya et l'Afrique du Sud à partager leurs expériences en matière de géothermie et d'énergie renouvelable avec les autres pays.

Les débats de cette table ronde seront résumés dans une décision sur Rio+20, qui sera prise par les chefs d'État et de gouvernement le dernier jour du sommet, le 1er juillet 2001.

 
comments powered by Disqus