Le PNUE et la restauration des services météorologiques en Sierra Leone Fri, Nov 11, 2011

Des informations météorologiques précises et justes est un luxe qui n'est pas disponible pour une grande partie du monde. En Sierra Leone, par exemple, la quasi totalité infrastructures météorologiques du pays a été perdue pendant les 10 ans de guerre civile que le pays a connu, dès lors ce type de données est inexistant.

| English   

Large parts of Sierra Leone’s meteorological infrastructure was damaged during the decade-long civil war.

, Freetown (Sierra Leone), le 11 novembre 2011 - Des informations météorologiques précises et justes est un luxe qui n'est pas disponible pour une grande partie du monde. En Sierra Leone, par exemple, la quasi totalité infrastructures météorologiques du pays a été perdue pendant les 10 ans de guerre civile que le pays a connu, dès lors ce type de données est inexistant.

Sans prévisions météorologiques précises, les agriculteurs doivent deviner quand planter et récolter leurs cultures. Les communautés ne reçoivent aucun avertissement en cas de risque d'événements météorologiques extrêmes, cela rend le travail d'éduction des populations locales aux impacts du changement climatique sur la Sierra Leone très difficile.

Le Programme des Nations Unies pour l'environnement reconnaît la nécessité et les multiples avantages qu'un service météorologique de bonne qualité pourrait apporter pour la Sierra Leone, il soutient donc les efforts pour restaurer les services climatologiques et météorologiques du pays.

En collaboration avec le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), le PNUE finance un projet englobant la formation de personnel issu Département météorologiques de Sierra Leone et la construction de six stations météorologiques automatiques, dans les différentes régions du pays.

Le projet rétablira les infrastructures de base et les procédures d'entretien pour rassembler des prévisions météorologiques en temps réel, mais aussi pour rassembler des informations sur le climat. Cela devrait permettre de réduire l'exposition de la population aux phénomènes météorologiques extrêmes, et d'accroître sa résilience aux changements climatiques futurs.

Des experts de l'Office météorologique du Royaume-Uni ont visité la Sierra Leone, le mois dernier, pour identifier les sites les plus adaptés pour la construction de stations météorologiques (à Njala, Kenema, Lungi, Fourah Bay College, Kabala) et pour sélectionner les endroits pour installer les systèmes de base de données centralisées (à Lungi et Freetown).

Des réunions ont également eu lieu avec les ministères des Transports et de l'Agriculture, avec l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), et avec l'aviation civile et les autorités aéroportuaires pour coordonner l'installation des stations météorologiques. Le but était aussi de maximiser la coopération entre le PNUE, le PNUD, le Royaume-Uni et le Bureau météorologique de Sierra Leone.

Le projet donnera l'occasion aux employés du Bureau météorologique national de la Sierra Leone de planifier et de développer leurs compétences et leurs expériences en partenariat avec leurs homologues du Royaume-Uni.

Une équipe du Bureau météorologique britannique retournera en Sierra Leone en 2012 pour terminer l'installation des stations météorologiques et pour former le personnel.

Ce projet s'inscrit dans le cadre de la "Vision commune pour la Sierra Leone" de l'ONU. L'un des éléments clé de ce Programme est "la coopération environnementale pour consolider la paix".

 
comments powered by Disqus