Un membre du Comité consultatif scientifique de la Coalition pour le climat et l'air pur va recevoir la Médaille Présidentielle de la Liberté ma, aug 12, 2013

| English  | Español   

The CCAC is targeting short-lived climate pollutants, such as those produced by brick kilns. Prof. Molina is a member of the CCAC Science Advisory Panel.

,

Nairobi, 12 aout 2013- Le Professeur Mario Molina, un membre du Comité consultatif scientifique de la Coalition pour le climat et l’air pur et un ancien lauréat du Prix Sasakawa du PNUE, a été nommé pour recevoir la Médaille présidentielle de la Liberté des Etats Unis.

Le président Barack Obama a nommé le Professeur Molina qui figure parmi les seize personnalités  qui  recevront plus tard cette année la médaille à la Maison Blanche. Cette médaille est la plus haute distinction civile des Etats-Unis et est décernée aux personnes qui ont «apporté une contribution de taille en faveur de la sécurité ou des intérêts nationaux des États-Unis, de la paix dans le  monde, ou des efforts publics ou privés importants dans le domaine culturel ou d’ autres domaines».

«La Médaille présidentielle de la Liberté est décernée aux hommes et aux femmes qui ont consacré leur vie pour enrichir les notre». «Les lauréats de cette année sont dotés d’un talent extraordinaire, mais ce qui les distingue est ce talent  offert au monde» a déclaré le président Obama.

Les contributions novatrices du professeur Molina dans le domaine de la chimie atmosphérique ont fait de lui l'une des principales références en matière de recherche sur les effets des activités humaines sur l'atmosphère, et ont conduit à une meilleure compréhension de la question.

Le Professeur Molina a reçu en 1999 a reçu le Prix Sasaawa du PNUE, qui gratifie les individus et les organisations qui se démarquent pour leur contribution importante à la protection de l'environnement et la promotion du développement durable.

 «Je me sens très honoré d'avoir été choisi pour recevoir la médaille c’est un encouragement pour poursuivre mes activités liées à l'amélioration de la société au niveau globale à travers la protection de l'environnement de la planète, notamment mon travail au Mexique et aux États-Unis», a déclaré le professeur Molina.

L'expertise reconnue du professeur Molina a conduit à sa nomination au sein du comité consultatif scientifique de la Coalition pour le  climat et l'air pur-Un mouvement mondial visant à réduire considérablement les émissions de carbone noir, de méthane et d'autres substances connues sous l’appellation de polluants climatiques de courte durée (SLCPs).

La Coalition, dont le secrétariat est hébergé par le PNUE, a permis d’entreprendre des efforts de sensibilisation  sur les bienfaits économiques et environnementaux liés à la réduction des émissions des SLPS . 

Depuis son lancement l'an dernier, des dizaines de pays, des organisations non étatiques et la Commission européenne ont rejoint la Coalition pour exprimer leur soutien pour intensifier l’action au niveau d’un certain nombre de secteurs économiques, y compris le transport, le pétrole et le gaz, et les déchets, pour assurer des réductions des émissions de SLCPs.

Selon des études menées par le PNUE, une action rapide sur le carbone noir et de méthane ont le potentiel de ralentir la hausse des températures pouvant aller jusqu'à 0,5 ° C d'ici 2050, réduire les 2, 4 millions de décès liés à la pollution atmosphérique, et éviter la perte des 30 millions de tonnes de récoltes par an.

En 1974, le Professeur Molina a publié en la collaboration de F. Sherwood Rowland, un document fondamental sur la menace des chlorofluorocarbones (CFC) sur la couche d'ozone. Dans des conditions de laboratoire, lui et ses collègues ont démontré une réaction chimique préalablement inconnue au travers duquel  le chlore est activé sur la surface des particules de nuages de glace dans la stratosphère polaire.

En raison de son leadership, le protocole de Montréal a vu le jour. La rapidité avec laquelle les pays ont ratifié cet accord international est due en grande partie au rôle qu'il a joué en communiquant sur ses recherches scientifiques. Il a posé le problème aux décideurs politiques, aux médias et au grand public.

Pour son travail, le Professeur Molina a reçu le prix Nobel de chimie avec les professeurs Rowland et Paul Crutzen. Il a fait don d’une somme équivalente aux deux tiers de son prix pour mettre en place des bourses pour aider les scientifiques des pays en développement à  mener des recherches en science de l'environnement à l'Institut de technologie du Massachusetts (MIT) et dans d'autres institutions des pays industrialisés.

En plus du prix Nobel, le Professeur Molina est le bénéficiaire de la médaille NASA pour les réalisations scientifiques exceptionnelles, la bourse de recherche Pew sur la Conservation et l'environnement,  la Médaille Gibbs Willard et le Prix de l'American Chemical Society pour des progrès créatifs dans le domaine des sciences de l'environnement

Le Professeur Molina est professeur à l'Université de Californie, à  San Diego, le directeur du Centre Mario Molina pour  l'Energie et de l'Environnement, et membre du Conseil présidentiel des conseillers sur la science et la technologie.

Pour plus d’informations, veuillez contacter:

Nick Nutall, Directeur de la Division de Communications et d’information publique/ porte-parole du PNUE- +254 733 632755, nick.nuttall@unep.org

Salle de presse du PNUE (Nairobi) sur +254 20 762 5211 / +254 725 939 620, unepnewsdesk@unep.org

Le site web de la coalition pour le climat et l’air pur est disponible sur: www.unep.org/ccac

 
comments powered by Disqus