L'assemblée de haut niveau de la Coalition pour le climat et l'air pur présente un agenda ambitieux wo, sep 4, 2013

| English  | Español   

, ,

Oslo, 3 Septembre 2013 ? Des ministres de l'environnement, des chefs d'entreprises  et de hauts fonctionnaires de gouvernements et d'organismes sans but lucratif ont publié un communiquéaujourd'hui qui présente les 18 mois de progrès  de la CCAC en matière de réduction des polluants climatiques de courte durée (SLCPs). Ce communiqué est issu d'une intense journée de discussion et de négociation lors d'une session de l'assemblée de haut niveau de la CCAC pour réduire les polluants climatiques de courte durée de vie.

Les ministres  de l'environnement et du développement international de la Norvège ont été les co-organisateurs de l'assemblée et ont fait une importante annonce plus tôt. « Nous voulons voir d'autres pays agir », a déclaré Bård Vegar Sohjell, ministre de l'environnement. «Nous voulons donner le pouvoir d'agir à ceux qui en ont la volonté, mais pas nécessairement les ressources. Des efforts concrets au niveau des pays en développement sont nécessaires. Nous sommes heureux d'annoncer que la Norvège, en plus de renforcer ses efforts au niveau national pour cette année et l'année prochaine , contribuera en plus à une somme de 110 millions de couronnes norvégiennes (environ 20 millions de dollars US) pour réduire les émissions de polluants climatiques de courte durée de vie, avec une attention toute particulière pour les pays en développement. »

Sohjell a ensuite ajouté: « Nous devons agir ensemble. Nous devons nous encourager mutuellement. Et nous devons nous mettre au défi et nous appuyer mutuellement ».

Les hauts fonctionnaires de l'assemblée qui représentent plusieurs des 72 partenaires de la CCAC, ont encouragé l'intensification rapide des initiatives en cours de la CCAC visant à atténuer les SLCP. Ces initiatives sont relatives aux efforts visant à  réduire le méthane et les émissions de carbone noir issus de l'industrie du pétrole et du gaz ainsi que des décharges. Les partenaires ont également convenu d'appuyer une réduction progressive de la production et de la consommation d'hydrofluorocarbures dans le cadre du Protocole de Montréal. Ils ont en outre annoncé un appui à l'objectif à long terme de la  CCAC visant à éliminer les particules fines et les émissions de carbone noir provenant des véhicules et des moteurs à diesel lourds. A cet effet, ils ont félicité les efforts de la Coalition pour aider les pays à effectuer une planification d'action nationale sur les SLCPs. Ils ont également convenu de soutenir la mise en ?uvre de politiques et de technologies pour moderniser la production de briques à travers le monde.

 « La croissance rapide, l'enthousiasme et le potentiel de cette Coalition pour catalyser l'action rapide au niveau d'une série de défis, y compris le changement climatique, est l'une des réalisations vraiment positive de l'année dernière. Nous sommes fiers d'avoir joué un rôle clé dans cet effort. Aujourd'hui, d'importantes mesures ont été prises pour intensifier et accélérer l'ambition collective de ce partenariat unique et encourageant au moment où nous entreprenons des efforts pour parachever le travail plus large de la Convention Climat de l'ONU », a déclaré le Secrétaire général adjoint des Nations Unies et le Directeur exécutif du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) Achim Steiner.

Le communiqué encourage un effort de sensibilisation mondiale sur l'urgente nécessité de prévenir les maladies liées à la pollution de l'air, qui entraine plus de six millions de décès chaque année. A travers le communiqué, les partenaires de la CCAC ont encouragé une collaboration entre les ministères de la santé et de l'environnement pour une plus grande sensibilisation au niveau mondial.

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS), l'un des nouveaux partenaires de la CCAC a fait état de l'impact grave des SLCPs sur la santé et des avantages liés à lutter contre ce problème.

« Les interventions visant à réduire les  SLCPs peuvent produire des avantages importants pour la santé et prévenir la pneumonie infantile ainsi que des maladies non transmissibles telles que les maladies cardiaques et pulmonaires chroniques », a déclaré Hans Troedsson, Directeur exécutif du bureau du Directeur général de l'Organisation mondiale de la Santé. « Les SLCPs provoquent une charge particulière sur les femmes et les enfants dans les pays en développement. Un partenariat entre la santé, l'environnement et d'autres acteurs afin de réduire les  SLCPs, facilitée par la Coalition, peut créer  des synergies et permettre de multiples avantages sur le développement, la santé et le climat. Notre partenariat avec la CCAC présente pour nous l'opportunité d'élargir les efforts de la coalition en matière de santé publique ».

Les partenaires de la CCAC ont encouragé le renforcement des flux financiers pour catalyser un investissement global significatif dans la réduction des SLCP. La Banque mondiale, un partenaire de la CCAC, a publié un rapport plus tôt dans la journée, intitulé «Intégration des polluants climatiques de courte durée de vie dans les activités de la Banque mondiale», qui décrit les objectifs de la Banque, y compris l'intégration de l'atténuation des SLCP dans les projets de développement. La Banque encourage la réduction des SLCP  qui représente un potentiel d'investissements dans une série d'activités, tels que les bus et les systèmes de transport ferroviaire, la collecte des déchets solides et leur l'élimination, les cuisinières, les fours, et l'irrigation et la gestion des eaux usées.

« De notre point de vue, l'action agressive sur les SLCPs, en luttant dans le même temps contre d'autres polluants, tels que le dioxyde de carbone, donne à nos clients le temps d'investir et de s'adapter [pour la croissance économique]», a déclaré Rachel Kyte, vice-président pour le développement durable à la Banque mondiale. «Il y a des avantages de développement clair que nous ne devrions jamais perdre de vue. Nos premiers travaux dans ce domaine consistaient à déterminer notre exposition. Désormais, cela consiste à déterminer les progrès et les projets visant à réduire les SLCPs. »

La Coalition pour le climat et l'air pur visant à réduire les polluants climatiques de courte durée de vie est un partenariat entre les gouvernements, les organisations intergouvernementales, le secteur privé, la communauté environnementale, et d'autres membres de la société civile. La Coalition est dirigée par le gouvernement mais fonctionne de manière  très coopérative et volontaire. Les polluants climatiques de courte durée sont des agents qui ont une durée de vie relativement courte dans l'atmosphère - de quelques jours à quelques décennies - mais aussi une influence sur réchauffement  climatique ainsi que, dans de nombreux cas, des impacts néfastes sur la santé humaine, l'agriculture et les écosystèmes.

Pour plus d'information, veuillez contacter:

  • Nick Nuttall, Directeur de la Division  de Communications  et d' Information publique /porte parole du PNUE , nick.nuttall@unep.org, +254 733 632755
  • Keith Collins, consultant en communication du PNUE, keith.collins@unep.org, +41 76 703 53 33

Website de la CCAC: http://www.unep.org/ccac

 
comments powered by Disqus