La Coalition pour le climat et l'air pur investit 10 millions de dollars dans de nouvelles activités pour réduire les polluants climatiques de courte durée de vie vr, apr 4, 2014

| English  | Español  | 中文  

,

PARIS, 4 avril 2014 ? La Coalition pour le climat et l'air pur (CCAC) a décidé aujourd'hui d'étendre son action dans le domaine des transports plus propres, la réfrigération alternative, l'agriculture, la gestion  des déchets solides  municipaux, la réduction du méthane dans le secteur pétrolier et du gaz. Citant des données récentes de l'Organisation mondiale de la santé (OMS)  qui montre qu'environ 7 millions de personnes meurent chaque année  en raison de la pollution atmosphérique intérieure et extérieure, la Coalition a également décidé de lancer une campagne mondiale de sensibilisation sur les effets de la pollution atmosphérique sur la santé et appelle à une action rapide pour atténuer ses effets.

La réduction des  polluants climatiques de courte durée de vie (SLCPs), en particulier  le carbone noir ou la suie, et le méthane, pourraient sauver des millions de vies et améliorer la santé. Elle aiderait également à réduire le taux de réchauffement de la planète jusqu'à 0,5 °C, réduire les pertes de récoltes de plus de 30 millions de tonnes par an et améliorer la croissance sectorielle.

Les décisions ont été prises lors d'une réunion de deux jours du groupe de travail de la CCAC, le groupe de partenaires qui supervise les activités de la Coalition. La réunion s'est tenue au Ministère français de l'écologie, du développement durable et  de l'énergie. La France, qui est un partenaire de la Coalition, apporte un soutien essentiel dans les décisions de financement  et  le lancement de la campagne Santé.

 « La lutte contre le changement climatique et la pollution atmosphérique figurent au premier rang des priorités de la France » a déclaré Mme Sylvie Lemmet, directrice des affaires européennes et internationales du ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie. « En vue de la  conférence sur le climat 2015, qui aura lieu à Paris, la Coalition pour le climat et l'air pur offre une plateforme pour une action concrète et immédiate ayant de multiples avantages pour la santé, l'environnement et les changements climatiques ».La campagne  Santé de la CCAC sera menée en partenariat avec l'Organisation mondiale de la santé, un partenaire de la Coalition.

 « De nouveaux résultats de l'OMS montrent que la pollution atmosphérique est la cause d'un à huit décès dans le monde » a déclaré le Dr Carlos Dora, coordonnateur  du département santé et environnement  de l'Organisation mondiale de la santé. « Les avantages sanitaires liées à la réduction de la pollution atmosphérique, ne sont pas bien connus et ont besoin  d'être diffusés urgemment. »

La campagne Santé sera fortement soutenue par de nombreux partenaires de la Coalition,  et sera dirigée par le gouvernement de la Norvège.

« L'impact de la pollution atmosphérique sur la santé mérite l'attention du monde » a déclaré Marit Viktoria Pettersen, conseillère  sur le changement climatique au Ministère norvégien des Affaires étrangères. « D'après l'étude de l'OMS, la pollution atmosphérique est une des principales causes de maladie et de décès aujourd'hui, et touche principalement les femmes et les jeunes enfants;. La Norvège souhaite voir plus d'attention à cet égard au niveau international. Nous avons besoin d'une action ferme et rapide, car  des millions de vies pourraient être sauvées ».

La Coalition a approuvé le  financement d'environ 10 millions de dollars en  faveur d'activités visant à améliorer le climat et l'agriculture,  mais aussi la santé,  à travers la réduction des polluants climatiques de courte durée de vie.  Ces activités vont des efforts de réduction des émissions de méthane provenant de la production de riz, aux projets de démonstration de technologies de remplacement des  HFC, à l'inauguration d'une stratégie globale pour les ports et les navires et  l'amélioration des  carburants propres et  des normes pour les véhicules en Afrique australe et occidentale.

« Nous entrons maintenant dans la phase d'action réelle sur le terrain avec ces initiatives, » a déclaré Bahijjahtu Abubakar, coordonnatrice nationale du programme d'énergie renouvelable du Nigéria et coprésidente du groupe de travail de la CCAC. « Nous assistons à des progrès réels, et je suis particulièrement satisfaite de l'impact que nous avons dans les pays en développement sur la réduction de la pauvreté et l'amélioration de la santé. Le soutien de l'OMS est très important pour nous, et montre que la réduction des SLCP a non seulement des avantages  sur le climat mais aussi sur l'amélioration de la santé et la croissance sectorielle. »

Dans le domaine de l'agriculture, les agriculteurs, les investisseurs, les gouvernements et autres seront mobilisés pour réduire les émissions de méthane provenant de la production de riz .Cela contribuera également à améliorer les rendements des cultures et économiser les ressources en eau. Les activités se concentreront  d'abord  sur l'Asie et l'Amérique latine lors d'une première phase.

La Coalition lutte contre l'utilisation à grande échelle des hydrofluorocarbures (HFC) comme produits chimiques de remplacement dans les systèmes de réfrigération et dans d'autres secteurs. Des études indiquent que la généralisation des HFC d'ici 2050, entrainerait une augmentation rapide des émissions qui représenteraient jusqu'à 19 pour cent des émissions de CO2. Trois projets de démonstration ont été approuvés aujourd'hui pour tester des alternatives technologiques respectueuses de l'environnement qui peuvent devenir commercialement viable dans le domaine de la  réfrigération et de la climatisation au Chili, en Jordanie et en Inde.

Les opérations de torchage et de  ventilation de pétrole et de gaz représentent 20 pour cent des émissions de méthane anthropique, en seconde place après l'agriculture. La Coalition a lancé deux axes de travail avec l'industrie dans le cadre d'un partenariat pour mesurer et réduire les émissions de méthane et identifier les possibilités de récupérer les produits d'hydrocarbure liquide provenant des opérations de ventilation et  de torchage à travers la réduction du carbone noir , en Colombie et au Mexique dans un premier temps.

Dans le cadre des déchets municipaux, la Coalition repose sur un travail fructueux à ce jour et a lancé une phase III qui s'adressera à plus de villes et finalisera des outils pour faciliter les stratégies de gestion des déchets. La nouvelle activité synthétisera  l'expérience collective acquise au cours des deux premières années par les villes, les gouvernements nationaux,  les acteurs et les partenaires et lancera  des projets dans chaque région cible.

L'initiative des véhicules lourds à moteur diesel a reçu l'autorisation de travailler sur deux fronts :les émissions provenant des installations portuaires et des bateaux  et les normes  sur les carburants dans les régions de l'Afrique australe et occidentale, où il existe des besoins et des opportunités importantes d'améliorer le climat et de mettre en place des avantages pour la santé à  travers  des réductions majeurs du carbone noir provenant des moteurs diesel.  La CCAC  a récemment été impliquée dans un effort très prometteur de fournir du carburant faible en sulfure en Afrique de l'Est.

 « Nous sommes particulièrement heureux de développer notre travail au niveau des villes, où la qualité de l'air est importante, » a déclaré Helena Molin Valdes, Cheffe du Secrétariat  de la Coalition au Programme des Nations unies pour l'environnement. « Le nouveau travail fournira des connaissances et des preuves pour réaliser d'importants progrès dans le cadre de la réduction des polluants climatiques de courte durée de vie , alors que nous nous dirigeons vers le sommet climatique de l'ONU et les deux prochaines conférences climatiques majeures au Pérou et en France.  Les résultats pratiques et le potentiel d'intensifier l'action peuvent aider à fournir des informations aux accords. »

Le Comité consultatif scientifique de la Coalition a élaboré  son programme pour le court terme, y compris  la préparation de notes d'information sur la fracturation hydraulique, les lampes à pétrole, les hydrofluorocarbures, la  santé et les  polluants climatiques de  courte durée de vie et l'évaluation d'outils pour quantifier l'influence géographique du carbone noir.

La Coalition a approuvé cinq nouveaux partenaires, dont  l'Institut asiatique de technologie, la Banque européenne d'investissement, la Fondation de la Fédération Internationale de l'Automobile (FIA), l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture et l'Organisation de coopération et de développement économique. L'OMS, le Pérou et la France ont fourni au groupe de travail des informations sur leurs efforts de réduction des SLCPs. Depuis sa fondation il y a environ deux ans, la Coalition a décuplé et a recueilli plus de 47 millions de dollars  pour financer ses opérations.

« La croissance rapide de la Coalition est la preuve que les partenaires sont vraiment désireux de faire une différence, » a déclaré Annika Markovic, Ambassadeur de Suède auprès de l'OCDE et coprésident du groupe de travail de la CCAC. « Ils cherchent une plateforme pour  atteindre des résultats concrets, et c'est pourquoi ils ont été en mesure de soutenir ce travail si fortement ».

La  Coalition pour le climat et l'air pur pour réduire les polluants climatiques à courte durée de vie est un partenariat entre des  gouvernements,  des organisations intergouvernementales et  du secteur privé, la communauté environnementale  et d'autres membres de la société civile. La Coalition est dirigée par les gouvernements, mais est très coopérative et volontaire. Les polluants climatiques de courte durée de vie sont des agents qui ont une durée de vie relativement courte dans l'atmosphère - quelques jours à quelques décennies - mais qui ont une influence sur le réchauffement climatique  ainsi que, dans de nombreux cas, des effets néfastes sur la santé humaine, l'agriculture et les écosystèmes.

Pour plus d'informations sur la CCAC, veuillez consulter www.unep.org/ccac ou contactez le secrétariat de la CCAC à ccac_secretariat@unep.org.     

Voir aussi:

Résumé exécutif de la CCAC, mars 2014

CCAC Scientific Advisory Panel Briefing on Short-Lived Climate Pollutants in the Fifth IPCC Assessment Report, Working Group I, The Physical Science Basis

http://c40.org/blog_posts/c40-co-founded-initiative-receives-1-8m-to-mitigate-short-lived-climate-pollutants-from-municipal-waste

 

 

 
comments powered by Disqus