Nouvel accord de coopération environnementale entre le PNUE et le Japon vr, apr 1, 2011

La recherche environnementale mondiale a reçu un coup de pousse important, grâce au renforcement d'un partenariat entre le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) et le Gouvernement japonais.

| English   | 中文  

Mr. Achim Steiner, UNEP Executive Director (R) and Mr. Toshihisa Takata , Ambassador of Japan (L) to Kenya during the MOU signing

, Nairobi, le 1 avril 2011 - La recherche environnementale mondiale a reçu un coup de pousse important, grâce au renforcement d'un partenariat entre le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) et le Gouvernement japonais.

Lors de la signature d'un Protocole d'accord au siège du PNUE à Nairobi, les deux parties se sont engagées à renouveler la coopération pour le Centre international d'écotechnologie (CIET), basé à Osaka.

Le Centre est dédié au transfert de technologies écologiquement rationnelles vers les pays en voie de développement et vers les pays émergents. Pour ce faire, il propose des services de formation et de consultation. Le centre se concentre également sur la recherche, le rassemblement et la diffusion d'informations relatives à l'environnement, avec un accent particulier sur la gestion écologiquement durable des grandes villes du monde entier.

Achim Steiner, Secrétaire général adjoint de l'ONU et Directeur exécutif du PNUE, a déclaré: "Je tiens à remercier le Gouvernement japonais pour son soutien constant au secteur des technologies propres et novatrices. En effet, c'est l'une des clés pour ouvrir la voie à une transition vers une économie verte, n'émettant que de très faibles quantités de carbone, et économe en ressources naturelles. C'est également une clé pour parvenir à une transformation positive pour faire évoluer le concept de développement durable lors du sommet Rio +20, l'année prochaine, au Brésil, et pour répondre aux nouvelles réalités et opportunités du 21ème siècle ".

Depuis 2004, le Centre a mis l'accent sur trois domaines critiques: la gestion des déchets, l'approvisionnement en eau et l'assainissement, et la gestion des catastrophes. Les dernières publications de le CIET incluent un rapport sur la gestion améliorée des déchets et sur la manière dont celle-ci peut contribuer à lutter contre le changement climatique, ou encore une évaluation sur le rôle des technologies écologiquement rationnelles dans l'amélioration de l'efficacité de l'Urbanisme et de l'utilisation de l'eau à des fins domestiques.

"Via le Centre international des technologies environnementales, le Japon continue de contribuer aux activités principales du PNUE, plus particulièrement en ce qui concerne le renforcement des capacités technologiques des pays en voie de développement", a déclaré Son Excellence Mr. Toshihisa Takata, Ambassadeur du Japon au Kenya. "Nous pensons que grâce au renouvellement de ce Protocole d'entente, nous pourrons encore renforcer davantage la relation entre le PNUE et le Japon", a ajouté Mr. Takata.

L'un des principaux projets mis en ?uvre par le CIET, au nom du PNUE, fut de soutenir la gestion environnementale des marais irakiens (également appelé marais de Mésopotamie).

Ces marais, considéré par certains comme étant l'emplacement du jardin de l'Eden décrit dans la Bible, constituent l'un des plus grands écosystèmes de zones humides au Moyen-Orient et dans le monde. Ils ont une importance écologique et culturelles primordiale. Depuis les années 1970, les marais ont été endommagés de manière significative à cause de la construction de barrages en amont, et des opérations de drainage qu'ils ont entraînées. En 2003, les marais avaient été presque complètement détruits.

C'était dans ce contexte que le CIET avait lancé, en 2004, le projet «d'Appui à la gestion environnementale des marais irakiens» pour aider à restaurer ce précieux écosystème et fournir de l'eau potable à un maximum de 100.000 personnes vivant aux alentours des marais.

Le projet s'est concentré sur la formulation simplifiée de stratégies, la surveillance des conditions de marais, le renforcement des capacités des décideurs politiques irakiens, l'approvisionnement en eau des populations locales, l'assainissement, et sur la recherche d'options de gestion des zones humides (sur une base pilote).

Ce projet a connu un succès frappant: certaines zones des marais irakien ont été restaurés et ont retrouvés des niveaux équivalent à d'avant 1970, et ce seulement de deux ans après le lancement du projet. Les images satellites de l'écosystème ont révélé une augmentation rapide du volume d'eau et du couvert végétal.

Le CIET fait partie de la Division de la Technologie, Industrie et Economie du PNUE.

 
comments powered by Disqus