Une mauvaise planification urbaine entraînerait une diminution significative du PIB do, okt 13, 2011

| English   | 中文  

A number of cities around the world have pioneered ambitious green policies and trajectories to improve environmental performance

, , Le 13 Octobre 2011- Une amélioration de la planification et de la gestion des zones urbaines, aussi bien dans les pays développés que dans les pays en voie de développement, serait bénéfique pour la croissance économique et pour l'équité sociale. Cela permettrait également de diminuer l'empreinte écologique de l'humanité.

L'une des conclusions du rapport «Economie verte» du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) indique que les tendances actuelles en matière de développement urbain pourraient coûter plus de trois pour cent du PIB de certains pays.

Le chapitre du rapport qui aborde la question des villes a été publié lors du Sommet de Gwangju. Il cite deux exemples de villes, Buenos Aires et Dakar, où les modèles actuels de développement urbain entraînent une réduction du PIB d'au moins 3,4 pour cent.

Dans une ville comme Mexico, la mauvaise planification du territoire entraîne une diminution du PIB de deux pour cent du PIB. Dans l'Union Européenne (UE), les pertes sont moins élevées mais toujours significatives puisqu'elles atteindraient tout de même 0,75 pour cent du PIB.

Achim Steiner, Secrétaire général adjoint de l'ONU et Directeur exécutif du PNUE, a déclaré: «Sans la participation active des villes, une transition vers une économie verte en tant que moyen de mettre en ?uvre un développement durable, ne deviendra jamais une réalité. Une séparation claire entre la croissance économique et l'épuisement des ressources naturelles ne se produira que si les villes s'investissent dans l'économie verte de manière active. Il existe de nombreuses preuves de par le monde pour étayer cette affirmation. L'étude de cas faite par les délégués de la ville de Gwangju démontre que le monde a pris conscience qu'il faut redéfinir la gestion de l'environnement urbain si nous voulons déclencher un vrai changement transformationnel.»

«Rio +20, qui aura lieu au Brésil au mois de juin prochain, est une occasion unique d'intensifier et d'accélérer cette transformation en mettant en place des politiques novatrices, créatives et utilisant les dernières technologies disponibles en la matière. Il faut également tirer les leçons et capitaliser les résultats des expériences passées, afin de mieux baliser notre route commune vers un avenir durable, » a-t-il ajouté.

Les villes sont confrontées à toutes sortes de pressions croissantes pour répondre aux demandes des populations de plus en plus nombreuses. De l'utilisation non durable des ressources naturelles à la surconsommation de l'énergie, en passant par le manque d'infrastructures adaptées et les dangers que cela entraîne pour la santé des citadins, les villes doivent faire face à de nombreux défis.

Alors que l'urbanisation a contribué à une réduction de la pauvreté absolue, le nombre de personnes classifiées comme pauvres en milieu urbain est en forte hausse. Entre 1993 et 2000, il y avait 50 millions de pauvres en plus dans les zones urbaines, tandis que le nombre de pauvres en milieu rural avait baissé de 150 millions.

Le rapport du PNUE estime toutefois que la performance environnementale des villes peut être améliorée grâce à une planification urbaine efficace et une gouvernance plus saine.

La structure physique des villes (la forme, la taille, la densité de population et la disposition des infrastructures) peut être conçue et gérée en vue de limiter la consommation des ressources et les émissions de carbone par habitant.

Parmi les mesures imaginées pour améliorer l'efficacité énergétique des villes et réduire leurs empreinte écologique, on peut citer: des zones urbaines plus compactes, des distances de déplacement réduites, une densité plus élevée, des bâtiments résidentiels et commerciaux verts et des investissements dans les transports publics écologiques etc.

Selon le rapport, augmenter la densité résidentielle nette de 3.000 personnes par hectare pourrait permettre d'améliorer l'empreinte écologique des villes, sans compromettre les conditions de vie (sociales et environnementales) des habitants.

De nombreuses villes du monde entier ont, d'hors et déjà, tiré parti de ces opportunités structurelles. Des modèles de développement urbain compacts, des quartiers piétons verts, ou encore des transports publics écologiques ont été créés dans des villes comme Copenhague, Oslo, Madrid, en Europe, à Vancouver et à Portland aux USA.

Dans des villes à haute densité de population comme Hong Kong ou New York, les logements, les installations commerciales et les centres de loisirs sont construits à proximité les uns des autres, limitant ainsi la longueur des trajets quotidiens. Ces infrastructures sont soutenues par de vastes réseaux de transports publics très efficace.

Dans une économie urbaine verte, la création d'emplois peut prendre de nombreuses formes: l'agriculture urbaine, les énergies renouvelables, la construction verte ou encore la gestion améliorée des déchets. Une mise à niveau des infrastructures créera de nombreux emplois, de même que des services de recyclage plus efficaces.

En République de Corée, le Ministère de l'Environnement attend du gouvernement et du secteur privé qu'ils dépensent 5,63 milliards de wons coréen pour agrandir les installations de traitement des déchets du pays d'ici 2013. Ce projet créera 46 000 nouveaux emplois et générera des économies de 1.2 milliards de wons coréen.

The most significant cost savings can be derived from shifting away from infrastructure for automobiles to more efficient public transport systems, such as pedestrian and cycling paths. Studies have shown that fuel wasted in traffic jams in well-designed cities such as Curitiba, Brazil, has cost the city about US$ 930,000 compared to $13.4 million in Rio de Janeiro.

Transformer les infrastructures pour les voitures en des systèmes plus efficace pour les transports publics (tels que les zones piétonnes et les pistes cyclables), engendreraient des économies substantielles. Le carburant gaspillé dans les embouteillages dans les villes bien conçues (telles que Curitiba, au Brésil) coûte 930 000 dollars (USD). A Rio de Janeiro, le même problème entraîne des pertes de 13,4 millions de dollars.

Les transports publics verts permettent de créer des emplois. Dans de nombreux pays, les emplois dans les transports publics urbains constituent jusqu'à deux pour cent du total des emplois. La ville de New York emploie près de 80.000 locaux. A Mumbai, plus de 160 000 personnes travaillent dans les transports public.

Globalement, écologiser les villes réduit les inégalités sociales et améliore la qualité de vie des habitants. La création d'espaces verts a des effets positifs sur la santé publique, tout comme l'accès à des installations récréatives (zones piétonnes et pistes cyclables).

Des villes vertes dans le monde entier ? Quelques exemples:

Un certain nombre de villes ont lancé des politiques vertes ambitieuses, afin d'améliorer leur performance environnementale.

Fribourg, une ville allemande de 200.000 habitants, a réduit ses émissions de CO2 de 12 pour cent par habitant entre 1992 et 2003. La ville a construit de nombreux bâtiments verts et des infrastructures de recyclage des déchets performantes.

La ville de Curitiba, au Brésil, a adopté une stratégie d'utilisation intégrée des terres, ainsi que des systèmes de transport durables.

Singapour a introduit le premier système de tarification routière dans les années 1980 et il est maintenant à la pointe des politiques durables en matière de déchets, de gestion de l'eau et d'écologisation de l'environnement.

Pour plus d'information, veuillez contacter:

Nick Nuttall, Directeur intérimaire de la Division des communications et de l'information publique, et porte-parole du PNUE, par Tél. : +254 20 7623084, Mobile: +254 733 632755, ou lors de déplacements: +41 795965737, ou par E-mail: nick.nuttall@unep.org.

Shereen Zorba, Responsable de la Salle de Presse, par Tél. : +254 713 601 259, ou par E-mail: shereen.zorba@unep.org

 
comments powered by Disqus