Un rapport promeut les actions transformatrices mises en place par les villes et les gouvernements locaux Sat, Jun 16, 2012

Le rapport «L'avenir de l'environnement mondial pour les gouvernements locaux » cite des dizaines de politiques

| English   | 中文 

, , , , Rio de Janeiro, le 16 juin 2012 - Les politiques transformatrices et inspirées mises en ?uvre par les villes et gouvernements locaux ouvrent le chemin à un 21e siècle durable. Des exemples ont été mis en lumière dans un nouveau rapport publié aujourd'hui par l'ICLEI, les «Gouvernements locaux pour la durabilité et l'environnement » et le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE).

Le rapport «L'avenir de l'environnement mondial pour les gouvernements locaux » cite des dizaines de politiques : des systèmes de commerce à Tokyo à la gestion de l'environnement à Windhoek, en Namibie. Tous ces exemples de politiques montrent qu'un action locale peut servir les objectifs globaux et ralentir ? voire stopper ? la dégradation de l'environnement.

Le rapport indique que les gouvernements locaux jouent un rôle central dans le développement durable et dans la transition vers une économie verte. Il fait également des recommandations ayant pour but de soutenir leur travail et d'aider à appliquer les politiques réussies dans d'autres villes et pays.

Cette étude est complémentaire au rapport « GEO-5 », une évaluation récemment publiée par le PNUE qui analyse l'état de l'environnement en détail.

GEO-5 met le monde en garde que si l'humanité ne change pas ses modes de production et de consommation des ressources naturelles, les gouvernements devront faire face à des niveaux de dégradation sans précédent.

Les villes et les gouvernements locaux, qui sont déjà confrontés à de nombreuses contraintes environnementales, devront donc faire face à de nouveaux défis, en particulier en matière de croissance démographique et d'urbanisation. Ces deux éléments ont d'ailleurs été identifiés comme facteurs clés du changement climatique dans la publication GEO-5.

La sécurité énergétique, l'accès et l'assainissement de l'eau, et la biodiversité peuvent être durement affectés par l'expansion des villes, à moins que les gouvernements locaux en tiennent compte dans la planification urbaine des villes modernes, plus tentaculaires que jamais.

Malgré des difficultés évidentes, les villes et les gouvernements locaux ont été au centre des efforts en matière de développement durable, et ce alors même que la riposte mondiale et nationale reste très faible.

"Dans le monde, les exemples de politiques locales, d'initiatives et de projets écologiques ne manquent pas. En l'absence d'une action internationale forte, leurs actions représentent une source d'espoir. Par exemple, au niveau local, le changement climatique était au centre des préoccupations, et ce avant même l'introduction de mécanismes internationaux sur le climat", a déclaré Achim Steiner, le Secrétaire général adjoint de l'ONU et Directeur exécutif du PNUE.

Le rapport GEO-5 stipule qu'il est possible d'atteindre un ensemble d'objectifs ambitieux d'ici 2050, à condition que les politiques et les stratégies actuelles soient modifiées et renforcées. Parmi les exemples de réussite cités dans le rapport, la plupart ont été réalisés au niveau local dans des villes du monde où plus de la moitié de la population mondiale réside.

ICLEI s'appuie sur ces études de cas pour mettre en évidence les meilleures politiques, c'est également une façon de pousser les villes et les collectivités locales à continuer de prendre des mesures. Toutefois, si nous voulons accélérer la réalisation du développement durable et des objectifs convenus au niveau international, il faudra que les gouvernements locaux soient soutenus par un leadership national et mondial.

"Les villes et les gouvernements locaux jouent un rôle important en fournissant des exemples qui peuvent être reproduits partout ailleurs, par conséquent leur contribution aux objectifs internationaux devrait être reconnue comme cruciale. Ils ont déjà montré que des changements radicaux sont possibles, et les dirigeants du monde peuvent s'appuyer sur ces réalisations lors du Sommet de Rio +20," a déclaré Konrad Otto-Zimmermann, Secrétaire général de l'ICLEI - Local Governments for Sustainability.

Voici quelques exemples de politiques et de mesures prises par les villes et les collectivités locales mis en évidence dans le rapport:

  • Un partenariat public/privé au Pangkalpinang, en Indonésie, a transformé une ancienne zone minière (mine d'étain) en un jardin botanique produisant de nouveaux services écologiques : dont un approvisionnement en eau pour les communautés locales.

  • Tokyo a développé un système appelé « Green Cap and Trade System », en plus du programme « Buildings verts », afin de réduire les émissions de carbone d'un quart d'ici 2020, par rapport aux niveaux de 2000.
  • La ville de Bonn, en Allemagne, promeut l'achat de biens et de services durables, et ce dans le but de catalyser l'écologisation des chaînes d'approvisionnement au-delà des limites territoriales de la ville.
  • La ville de Bogota, en Colombie, fut l'une des premières à planifier l'aménagement du territoire en tenant compte de l'environnement. De plus, la ville est bien connue pour son système de transport rapide (bus).
  • A Abu Dhabi, aux Emirats Arabes Unis, a appliqué une gestion intégrée des zones côtières en établissant des limites au développement urbain, en protégeant les zones critiques, et en désignant des zones de non-développement.
  • La ville de San José, aux Etats-Unis, a mis en place une politique d'écologisation des bâtiments pour réduire la consommation d'énergie et d'eau dans les nouveaux projets de chantiers résidentiels, commerciaux et industriels.
  • Le conseil de la ville de Windhoek, en Namibie, a présenté un plan de gestion de l'environnement afin de protéger l'approvisionnement en eau du barrage Goreangab de la contamination.

Conclusions et recommandations

Le rapport identifie les autorités locales comme jouant un rôle crucial dans la mise en ?uvre des accords multilatéraux sur l'environnement, dans la transition écologique des économies urbaines et également dans la mise en ?uvre des objectifs de développement durable plus ambitieux.

Le rapport formule les recommandations suivantes:

  • Les objectifs mondiaux, qui doivent être mesurables, doivent être complétés par des objectifs régionaux, nationaux et locaux.
  • Les gouvernements nationaux doivent agir de manière locale en modifiant les dispositions institutionnelles, procédurales ou autres, et en fournissant le soutien juridique, technique ou financier nécessaire sur le terrain.
  • Là où les buts, les objectifs et les directives nationales sont absentes, les gouvernements locaux doivent prendre des mesures pour répondre au développement des objectifs au niveau national.
  • Il est nécessaire de renforcer les capacités locales pour promouvoir un développement urbain durable, en particulier là où on observe une urbanisation rapide.
  • Les structures organisationnelles, institutionnelles, juridiques et politiques et les processus qui favorisent la planification et la mise en ?uvre des objectifs de développement durable sont nécessaires pour prévenir la dégradation de l'environnement et renforcer la résilience urbaine et communautaire.

Notes aux rédacteurs

La rapport GEO-5 pour les autorités locales est disponible ici: http://www.unep.org/geo/pdfs/geo5/UNEP-ICLEI-GEO-5.pdf

Pour de plus amples informations sur le rapport GEO-5, veuillez visiter la page suivante: http://www.unep.org/french/geo/geo5.asp

Pour de plus amples informations, veuillez contacter:

Au Brésil:

Nick Nuttall, Directeur par intérim de la Division de la communication et de l'information du public et Porte-parole du PNUE, par Tél. : +55 11 6593 8058 ou +254 733 632 755, par E-mail: nick.nuttall@unep.org

Katrina Borromée, Secrétariat Mondial ICLEI, par Tél. : +49 228 976299-00, ou par e-mail : media@iclei.org

Alejandro Laguna, par Tél. : +55 21 6912 5825, ou par E-mail : alex.laguna@unep.org

Amanda Talamonte, du Bureau du PNUE au Brésil, par Tél.: +55 61 3038 9237, ou par E-mail: comunicacao@pnuma.org

Au siège du PNUE, à Nairobi :

Shereen Zorba, Chef du bureau d'actualité du PNUE, par Tél.: 254 788 526 000, ou par E-mail: shereen.zorba@unep.org

, , ,

 
comments powered by Disqus