Des billions de dollars de dépenses publiques pour écologiser les marchés globaux di, apr 1, 2014

| English   | 中文  

,

New York, 1er avril 2014- Un nouveau programme global, lancé mardi, exploitera les dépenses des gouvernements auprès des marchés publics, estimées à des billions de dollars chaque année pour opérer une transition vers un monde plus efficace en ressources.

Le Programme d’achats publics durables (SPP) – la première action qui s’inscrit dans le cadre décennal de programmes sur la consommation et la production durables (10YFP)   – aidera les gouvernements à réorienter les dépenses publiques en biens et services qui apportent d’importants  avantages environnementaux et sociaux.

« Les pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques ont dépensé en moyenne 13% du produit intérieur brut sur les marchés publics en 2011, alors que, dans certains pays en développement, cela peut  atteindre 20 pour cent.   Cela représente des billions de dollars au niveau mondial, ce qui démontre l’ampleur des opportunités qui se présentent  » a déclaré Achim Steiner, Secrétaire général adjoint des Nations Unies et Directeur exécutif du PNUE. « Les gouvernements peuvent utiliser ce potentiel pour conduire les marchés vers une voie durable en exigeant des produits et services qui préservent les ressources naturelles,  créent des emplois verts décents et améliorent  les  conditions de vie dans le monde entier. »

Le Programme d’achats publics durables, mené conjointement par le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), ICLEI – les gouvernements locaux pour la durabilité, et l’Institut de l’industrie et de la technologie environnementale de Corée, permettra cette transition en améliorant les connaissances sur les avantages des achats publics durables et en appuyant leur mise en œuvre à travers un accès aux experts et aux outils.

Des initiatives existantes venant du monde entier  prouvent que l’achat durable transforme des marchés, stimule les éco-industries, économise de l'argent, préserve les ressources naturelles et favorise la création d'emplois. Par exemple :

  • Indian Railways  a remplacé plus d’un  million  d’ampoules à incandescence par des lampes  fluorescentes efficaces en énergie dans 400 000 maisons d’employés. Cela a permis d’économiser chaque année plus de 100 000 MWh d'énergie et de réduire de 90 000 tonnes les émissions de dioxyde de carbone.
  • Au Brésil, la Fondation pour le développement de l'éducation a  préservé 8 800 mètres cubes d'eau et 1 750 tonnes de  tonnes de déchets en utilisant des cahiers faits à partir de papier recyclé dans les écoles de Sao Paulo.
  • En France, un contrat pour l'achat de cartouches d'encre a été attribué à une organisation  qui, entre 2009 et 2011, a  récupéré 11 500 kilos de déchets,  permis au gouvernement  de réduire de 30% ses dépenses et créé neuf emplois à temps plein pour des personnes handicapées.

Plusieurs autres pays, dont la République de Corée, ont créé des politiques d’achats publics durables qui apporteront d’autres avantages comparables dans un avenir proche.



Aux États-Unis, où le gouvernement fédéral  achète pour plus de 500 milliards de biens et services par an, ont été intégrées  des  exigences de durabilité dans la réglementation des achats. En outre, un décret stipule que 95 pour cent de tous les nouveaux contrats doivent utiliser des produits et des services énergétiques qui utilisent peu de ressources et d’eau, sont respectueux de l’environnement, ne participent pas à l’appauvrissement de la couche d’ozone, et contiennent des éléments recyclés. 

Au Chili, le bureau des marchés publics et des contrats a fixé un objectif selon lequel 15 pour cent des ordres d’approvisionnement doivent respecter les objectifs de durabilité d’ici à 2012.  Cet objectif a été atteint un an avant le délai fixé : 17,2 pour cent des commandes ont intégré le critère de durabilité à la fin de l’année 2011. Le bureau supervise 8 milliards de dollars de transactions, représentant  plus de 3,2 pour cent du PIB.

Au Japon - où une étude de 2010 a montré que les organismes gouvernementaux ont dépensé 672 milliards  de dollars (soit 17,6 % du PIB) - des lois d'achats écologiques exigent maintenant que les ministères, les gouvernements provisoires et  un nombre croissant de villes  réalisent  95 pour cent de leurs achats dans la catégorie «  produits verts ».

Le programme, en s’assurant que de telles décisions d'achat sont la norme plutôt que l'exception, vise à jouer un rôle vital dans la transition mondiale vers une économie verte inclusive.

Le lancement a lieu juste quelques mois avant la première Assemblée des Nations Unies pour l’environnement, au cours de laquelle les ministres de l'environnement du monde se réuniront pour discuter  de l’agenda de développement durable post- 2015, avec un accent particulier sur la consommation et  la production durables.

« Une transformation rapide, qui soutiendra l’agenda de développement durable post- 2015, est  tout à fait possible », a déclaré M. Steiner. « Des gouvernements du monde entier ont  signé l’initiative de marché public durable conduite par le PNUE à RIO+20, et  soutiennent cet engagement à travers des actions. Cela prouve que la volonté politique est déjà en place. »

Le programme est également soutenu par la Commission européenne, l'Office fédéral suisse de l'environnement, le Ministère chinois de la protection de l’environnement, la République de Corée, l’Alliance ISEAL, l'Organisation pour la coopération et le développement économiques, le Ministère suédois de l’environnement et l’agence de protection environnementale des Etats-Unis.

CITATIONS COMPLEMENTAIRES:

  •  « Si l'argent public est utilisé pour l’achat de produits et services qui réduisent les impacts sur l’environnement, encouragent le progrès social et permettent d’atteindre l'efficacité financière, un grand pas en avant est possible pour un développement durable, » a déclaré Gino Van Begin, Secrétaire général de l’ICLEI.» C’est l’objectif du programme sur les achats publics durables du 10YFP.
  •  « La République de Corée a acquis une solide expertise dans la mise en œuvre des  marchés publics verts basée sur un système de suivi électronique au cours des dix dernières années, » a déclaré Yongjoo Kim, Président de Donovan. « Nous voulons contribuer au programme, en étroite collaboration avec le PNUE et l'ICLEI, en identifiant et en diffusant les bonnes pratiques. »

A propos du cadre décennal de programmes sur la consommation et la production durables (10 YFP)

Le 10YFP est un cadre global d'action qui améliore  la coopération internationale pour développer, reproduire et élargir la consommation et la production durables (CPD) ainsi que  les initiatives d’efficacité des ressources partout dans le monde. Il a été établi après que les chefs  d’états ont convenu que le modèle de  consommation et de production durables était l’élément central du développement durable et qu’il contribuait de façon importante  à la lutte contre la pauvreté et à la transition vers une économie verte et faible en carbone. Le Programme SPP est le premier d’un ensemble de programmes qui seront lancés dans le cadre du 10 YFP.  D’autres programmes sur l'information aux consommateurs, les  modes de vie durables et l’éducation, les bâtiments et la construction durables et le  tourisme durable devraient être lancés en 2014.  Le PNUE accueille le Secrétariat de 10YFP. Pour plus d'informations: www.unep.org/10yfp.

Pour plus informations, veuillez contacter:Shereen Zorba, Cheffe, Salle de presse et médias  

254-20 762 502, +254 788 526 000, shereen.zorba@unep.org ou unepnewsdesk@unep.org

 
comments powered by Disqus