Accueil                                            
      Contributeurs                               
      Réflexions                                    
      Livres                                    
      Le PNUE à l’oeuvre            
      People                                
      Verbatim et chiffres                
      WWW                                
      Star                                
 
 
 
Un combat universel

Abdelaziz Bouteflika
Président de la République Algérienne

La désertification et la dégradation des terres sont, au même titre que les changements climatiques et la diversité biologique, les défis majeurs de notre XXI? siècle, défis d’autant plus complexes qu’il s’agit de phénomènes à caractère multidimensionnel sous-jacent à divers facteurs dont les principaux sont les variations climatiques et les activités humaines.

Ces phénomènes entraînent des conséquences économiques et sociales irréversibles, en privant des centaines de millions d’habitants des terres qui les nourissent, créant ainsi des sources supplémentaires de tension et accentuant les migrations.

La responsabilité internationale est indubitablement engagée dans la lutte contre la désertification, la sécheresse et la dégradation des terres. En effet, le combat universel contre ces fléaux s’impose à nous tous d’une manière urgente, du fait qu’ils provoquent le déracinement des populations La responsabilité internationale est indubitablement engagée dans la lutte contre la désertification, la sécheresse et la dégradation des terres. En effet, le combat universel contre ces fléaux s’impose à nous tous d’une manière urgente, du fait qu’ils provoquent le déracinement des populations

L’efficience de cette lutte nécessite la mise en oeuvre des trois Conventions de Rio. Elle dépendra également des financements et des technologies vertes que les pays riches consentiront à mettre à la disposition des pays les plus défavorisés.

L’Afrique est la région la plus durement touchée. De nombreuses études montrent qu’en l’absence de mesures urgentes et efficaces, notre continent perdra les deux tiers de ses terres arables à l’horizon 2025, annihilant ses efforts de développement et de protection de l’environnement.

La Déclaration du Millénaire (2000), les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) et le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD), nous offrent des opportunités pour une bonne prise en charge des problèmes liés à la désertification et à la dégradation des terres.

L’Algérie s’est associée, très tôt, aux efforts multilatéraux dans la négociation et la consolidation de la Convention. Elle a mis en oeuvre d’importants moyens pour lutter contre les effets de la désertification et de la sécheresse dans les zones arides et semi-arides sur son propre territoire.

D’importants programmes, s’appuyant sur un cadre institutionnel approprié et couvrant 20 millions d’hectares, sont consacrés à la lutte contre la désertification et à la dégradation des terres dans ces zones arides et semiarides, à travers le reboisement, la rationalisation de l’utilisation des espaces de pâturage, la sensibilisation et la mobilisation des autorités locales et des citoyens. Le Barrage vert, d’une superfécie de 300 000 herctares, connaîtra également, d’ici à 2015, une extension de 100 000 hectares.

Une nouvelle carte nationale de sensibilité à la désertification par télédétection a été élaborée pour conforter ces efforts.

Par ailleurs, la lutte contre la désertification devrait aller de pair avec la reconnaissance des déserts comme des écosystèmes à part entière et comme des lieux spécifiques pour le développement durable, et ce, grâce aux ressources naturelles et à la biodiversité unique qu’ils recèlent. Leurs implantations humaines et leur richesse culturelle inestimable plaident pour une telle consécration.

Le Sud de l’Algérie abrite, en plein Sahara, deux immenses parcs nationaux à l’Ahaggar et au Tassili. Musées à ciel ouvert s’étendant sur une superficie totale de 452 000 Km2. Ils font partie du patrimoine mondial. Un important projet pour la préservation de leur biodoversité et de leur héritage culturel est en cours de réalisation avec l’assistance du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

De plus en plus, il s’avère indispensable de mettre au point une stratégie internationale intégrée pour la protection de notre planète. L’engagement de la communauté internationale devrait être, dans ce cas précis, à la hauteur des défis auxquels nous sommes confrontés.

Download PDF