Accueil                                            
      Contributeurs                               
      Réflexions                                    
      Livres                                    
      Le PNUE à l’oeuvre            
      People                                
      Verbatim et chiffres                
      WWW                                
      Star                                
 
 
 
Sauvegarder la sécurité écologique

Zhou Shengxia
Ministre de la protection de l’environnement, République populaire de Chine

L’écosystème terrestre, que forment l’atmosphère, les océans, les lacs, les sols, les prairies et les forêts, nourrit la Terre, notre belle et cordiale demeure, et assure, entre autres services, la régulation du climat, la conservation de l’eau, l’approvisionnement en nourriture et médicaments et l’apport de paysages naturels. Irremplaçable et essentiel, il constitue le fondement même de la subsistance et de la multiplication de l’humanité.

L’accélération du développement social et économique, surtout depuis le XX? siècle, a rendu plus dommageable que jamais l’impact des activités humaines sur l’écosystème. Les fonctions de cet écosystème se dégradent rapidement et le conflit entre l’homme et la nature s’accentue. Le monde entier a commencé à prendre conscience de cette situation lors de la première Conférence des Nations Unies sur l’environnement humain en 1972. Ensuite, en 1992, la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement, tenue à Rio de Janeiro, a permis d’aboutir à un large consensus sur le développement durable. Aujourd’hui, nous sommes profondément attachés au principe d’un développement équilibré intégrant l’économie, la société et l’environnement, qui forme à présent la base de la stratégie de développement de nombreux pays.

Deux mois après la Conférence de 1992, le Gouvernement chinois a élaboré « dix mesures pour l’environnement et le développement ». Au début de ce siècle, il a présenté une approche scientifique du développement à la fois axée sur la population, coordonnée et durable. Il déploie actuellement des efforts considérables pour promouvoir une civilisation écologique, s’emploie à édifier une société économe en ressources et respectueuse de l’environnement et s’est engagé sur une voie du développement minutieusement conçue censée engendrer la croissance économique, des vies prospères et des écosystèmes sains.

Des progrès remarquables ont été accomplis. Le Gouvernement a adopté une vingtaine de lois et règlements destinés à protéger l’environnement et les ressources naturelles, telles que la Loi sur la protection de l’environnement, la Loi sur les forêts et la Loi sur la protection du milieu marin. Dans son Plan national de développement économique et social, la Chine a imposé des niveaux admissibles pour les émissions causées par les principaux polluants. Les programmes de prévention et de lutte contre la pollution dans les principaux bassins fluviaux et les régions avoisinantes ont été poursuivis et plusieurs autres initiatives, notamment des projets de conservation des forêts naturelles et des programmes visant à restituer certaines terres agricoles à la nature (forêts/prairies/marécages/lacs), ont également été menées. Parmi les conventions internationales ratifiées par la Chine figurent la Convention sur la diversité biologique, la Convention de Ramsar sur les zones humides et la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification. Le pays a en outre développé une coopération bilatérale et multilatérale de grande ampleur.

Étant l’un des pays les plus riches au monde en matière de biodiversité, La Chine possède une grande variété d’écosystèmes terrestres et marins et abrite le plus grand nombre d’espèces dans l’hémisphère nord. À la fin de 2010, le pays comptait 2 588 zones protégées, couvrant 14,9 % de sa superficie terrestre : celles-ci protègent 85 % des écosystèmes terrestres, 40 % des zones humides naturelles, 85 % de la faune et de la flore sauvages et 65 % des habitats de flore sauvage. Toutefois, l’écologie demeure fragile. La quasi-totalité (90 %) des 393 millions d’hectares de prairies sont plus ou moins dégradés tandis que 27,5 % de la superficie terrestre sont touchés par la désertification. La Chine doit encore surmonter des défis redoutables pour assurer la protection de son milieu naturel.

Pour ce qui est de l’avenir, le Gouvernement chinois entend mettre en oeuvre l’approche scientifique du développement envisagée, accélérer la transformation des modes de développement économique, élever le niveau de civilisation écologique et explorer une nouvelle voie pour la protection de l’environnement avec des coûts réduits, une rentabilité élevée, de faibles niveaux d’émission et une gestion durable pour principales caractéristiques. Tous les efforts possibles seront mis en oeuvre pour concilier protection de l’environnement et développement économique — par la résolution des principaux problèmes environnementaux empêchant un développement équilibré et menaçant la santé publique — et pour appliquer des mesures judicieuses de réduction de la pollution. Il est prévu de mettre en oeuvre la Stratégie et le Plan d’action nationaux pour la biodiversité (2011-2030), le Plan régional de construction écologique et de protection environnementale pour le plateau du Qinghai-Tibet ainsi que d’autres plans de conservation écologique pour certaines régions prioritaires. Les principaux écosystèmes fluviaux et lacustres seront également réhabilités. Toutes ces actions visent à garantir la sécurité écologique, à contribuer à protéger la Terre et à construire un monde harmonieux.

Download PDF